Ligue Féminine
 


C'est un match qui peut faire basculer la saison de l'USO Mondeville (10è, 4-11). La réception de Saint-Amand (9è, 5-10) vaudra cher puisqu'en cas de victoire, les Normandes resteraient au contact des Nordistes. A l'inverse, une défaite mettrait les partenaires de Lisa Berkani à deux ou trois points de la huitième place, occupée par Nantes Rezé (6-9).

Les Déferlantes joueront à domicile contre Lattes Montpellier et feraient une belle opération comptable en cas de victoire. Mais les Gazelles (6è, 8-7), qui ne sont qu'à un point du Top 4, ne voudront pas laisser le quatuor de tête s'envoler. Même contexte pour Lyon (5è, 8-7) qui se rendra à Charleville-Mézières (3è, 11-4) avec l'objectif de se rapprocher de la quatrième place.

Basket Landes (4è, 9-6) aura plus à perdre qu'à gagner samedi face à Bourges (1er, 13-2). Avec une victoire, Céline Dumerc et ses copines resteraient dans le carré de tête. En revanche, si elles venaient à s'incliner contre le leader berruyer, elles pourraient voir revenir à leur hauteur une vraie meute : ASVEL, BLMA et même Tarbes.

Le TGB (7è, 8-7), qui partira avec la faveur des pronostics face à la lanterne rouge Nice (12è, 3-12), pourrait en effet grapiller des places au classement avec une victoire. En bon sage, François Gomez alertera certainement ses joueuses sur la défaite subie au match aller.

Enfin dimanche, Villeneuve d'Ascq (2è, 12-3) devra éviter le piège vendéen dans son Palacium. Si sur le papier, l'ESBVA-LM paraît au-dessus, Roche Vendée (13è, 3-12) ne sera pas à prendre à la légère. Le RVBC ayant gagné deux de ses quatre dernières rencontres.

Ligue Féminine - Journée 16

Samedi 3 mars / 20h00
Nantes Rezé - Lattes Montpellier
Mondeville - Hainaut Basket
Tarbes - Nice
Charleville-Mézières - Lyon
Basket Landes - Bourges

Dimanche 4 mars / 15h00
Villeneuve d'Ascq - Roche Vendée

Tous les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur www.lfbtv.fr

02/03/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 14 (match en retard)

Charleville-Mézières - Nice 99-59
C'est une véritable démonstration de force qu'ont réalisé les Ardennaises mercredi soir. Devant après 10 minutes (27-16), les partenaires de Clarissa Dos Santos (26pts, 12rbds) ont surtout fait la différence après la pause (44-34, 20'). Dans le sillage de la Brésilienne, Kalis Loyd (21pts) et Amel Bouderra (6pts, 13 passes) ont régalé. Dans les cordes à la fin du 3è QT (72-46), Nice n'a pas réagi et a encore vu l'écart augmenter. Jodie Cornelie (15pts, 12rbds) s'est montrée à son avantage côté niçois.

01/03/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 14

Mercredi 28 février à 20h00
Charleville-Mézières - Nice
Quoi qu'il arrive, les Flammes Carolo reprendront la troisième place à Basket Landes à l'issue du match. Reste à savoir si les partenaires d'Amel Bouderra auront une ou deux victoires d'avance sur les Landaises. Pour les Niçoises, ce match risque d'être difficile face à un prétendant au titre.


Déjà joués
Basket Landes - Roche Vendée 81-69
Tarbes - Lattes Montpellier 88-93 a2p
Nantes Rezé - Lyon 68-64
Villeneuve d'Ascq - Hainaut Basket 76-57
Mondeville - Bourges 64-83

28/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Les Tango se sont imposées vendredi soir au Prado de 19 pts face aux "Guerrières" de Villeneuve d'Ascq : 63-44 et se sont qualifiées pour la finale de la Coupe de France féminine.

Les joueuses d'Olivier Lafargue ont fait une très bonne entame de cette rencontre, dans le sillage d'une Marine Johannès très en forme ce soir (21 pts à 60% de réusssite), laissant les nordistes rapidement à 10 points. Les joueuses de coach Dusart se sont pourtant rebellées en seconde mi-temps, revenant à 6 pts, mais le manque de maîtrise au rebond, laissant trop de deuxièmes chances aux Berruyères, n'a pas permis aux coéquipières de Johanne Gomis (18 pts à 50% de réussite) de faire trembler les joueuses locales.

Bourges - Villeneuve d'Ascq : 63-44

2e demi-finale : Samedi 24 février à 20h00 : Montpellier (LFB) - Charleville (LFB) en direct sur YouTube

FINALES DE LA COUPE DE FRANCE 2018 : Samedi 21 avril 2018

Billetterie pour les finales de la Coupe de France : cliquez ici

 

 

 

23/02/2018 - F Canet / FFBB
 


La Ligue Féminine a aussi servi de tremplin à quelques-unes des meilleures joueuses françaises qui ont intégré ensuite des clubs européens au standing sportif élevé et plus rémunérateurs.

Recrutée à dix-huit ans par Valenciennes, Sandrine Gruda y demeura deux saisons, le temps de cumuler deux titres de MVP française et de MVP Espoir. Ensuite, la jeune femme aux dents longues n’hésita pas à rejoindre Ekaterinbourg située sur le pan asiatique de l’Oural où elle retrouva son entraîneur à l’USVO, Laurent Buffard. Rien à voir avec la luxuriante Martinique de son enfance. Elle confia y vivre dans sa bulle hermétique même si Ekat’ n’est pas aussi paumée qu’on pourrait le croire.
« J’ai mon appartement à dix minutes du centre-ville. Ekaterinbourg est une très grande ville, en travaux, en plein développement, qui sera à l’avenir l’une des villes les plus belles de Russie. La vie est très chère là-bas. Il y a beaucoup de magasins comme Louis Vuitton, Chanel, Gucci. Je sais que l’on n’imagine pas ça ! » 
C’est à Ekaterinbourg que Sandrine parvint au statut d’étoile mondiale, remportant deux Euroligue et pas moins de six titres de championne de Russie. Elle eut un temps comme équipière Caroline Aubert pour quelques semaines et Céline Dumerc pour deux saisons. Plus récemment, c’est l’Eldorado turc qui l’a séduite, Fenerbahçe pour commencer puis Yakin Dogu Üniversitesi après un court retour au pays à l’ASVEL.

L’autre Française qui a connu la gloire en Russie, c’est Edwige Lawson-Wade avec notamment un trophée d’Euroligue avec le CSKA Samara. Nous y reviendrons dans un autre épisode. Mais en fait la pionnière à UMMC Ekaterinbourg, ce fut Audrey Sauret dont le nom fut intimement lié à l’aventure valenciennoise. L’actuel manager général de Charleville-Mézières en Pro B a ensuite passé six saisons en Italie, à Tarente, Schio et Parme.

L’Italie, destination privilégiée

Membre comme Audrey Sauret des fameuses « Filles en Or » Championnes d’Europe en 2001, Sandra Dijon a choisi l’Espagne (Puig d’en Valls) et, plus exotique, la Lettonie (Cesis) comme destinations européennes.
« J’ai un appartement totalement meublé, tout confort, avec deux chambres puisqu’il était initialement prévu que mon mari et mon fils viennent en Lettonie avec moi. Ils ne sont pas venus », nous confiait-elle alors, évoquant son fils Melvyn Govendy qui allait grandir jusqu’à 2,14m ! « Mon mari a un boulot qui lui plaît en France et ce n’est pas facile pour un homme d’être le mari d’une joueuse professionnelle. Il a envie de s’assumer tout seul. Il n’y avait pas d’école française pour mon fils sinon à Riga qui est à une heure de route. Moi, j’ai un lit fait sur mesure. »

Egalement sacrée Championne d’Europe au Mans en 2001, Sandra Le Dréan s’installa à Prague pour de bon puisqu’elle y rencontra l’homme de sa vie, médecin du club et chirurgien. Mais c’est bien à Valenciennes et avec ses copines de l’USVO qu’elle fêta son jubilé en 2010.

L’Italie est une destination privilégiée des internationales françaises. Elodie Godin y gagna avec Tarento et Schio quatre titres nationaux, deux coupes et une SuperCoupe. Sa science du rebond, sa hargne, son shoot au post y furent très appréciées.

L’Italie et Schio, c’est l’actuel club d'Isabelle Yacoubou après y avoir déjà séjourné lors de la saison 2010-11 mais entre-temps Baby Shaq a roulé sa bosse : en Espagne (à Valence avec qui elle gagna l’Euroligue en 2012), en Russie (Spartak Moscou), en Turquie (Fenerbahçe) et même… en Chine, au Heilongjiang Chenneng. L’Aventure avec un A. « Ce que je retiens, c’est qu’au niveau humain, cela a été la plus belle expérience que j’ai vécue avec une équipe. C’est un peu bizarre au début. Quand tu arrives, tout le monde est assez fermé. Mais au bout de deux semaines avec moi, les filles se sont ouvertes et cela a été un échange incroyable. Même si j’étais l’étrangère, que j’avais ma suite et que je pouvais faire ce que je voulais, j’ai essayé comme toujours de m’intégrer, de manger comme elles et avec elles. »

Koursk pour Endy Miyem et Héléna Ciak

A Schio, Isabelle Yacoubou fait équipe avec Endy Miyem sous les ordres de Pierre Vincent qui les emmena au titre de Championnes d’Europe avec les Bleues en 2009. Endy avait choisi auparavant de transiter par Koursk, un autre club russe fortuné. Quand on lui demandait les raisons de son choix de s’expatrier, la Berruyère répondait : « Déjà avoir un peu mieux financièrement car c’est compliqué pour Bourges de pouvoir s’aligner sur certains clubs européens. Surtout comme joueuse française, ça reviendrait assez cher au club. Malgré les moyens que l’on a à Bourges, qui sont inférieurs à certaines équipes européennes, ça ne nous a pas empêché de faire de bons résultats ces dernières années. On va dire qu’il y a des endroits où, du fait de tout l’argent qu’ils mettent, ils ont peut-être davantage d’obligations d’aller plus loin encore. »

A Koursk, Endy Miyem a passé le relais à une autre Française, Héléna Ciak. Et le pivot de l’Équipe de France ne peut que se féliciter de son choix puisqu’un titre de champion d’Europe est venue couronner une saison 2016-17 de la renaissance.
« Quand j’ai su que c’était le coach Lucas Mondelo qui était là-bas, je me suis dit que c’était un projet vraiment intéressant. C’est un style de jeu qui est un peu plus libéré. Je ne me suis pas posée de question, j’ai déroulé. Au fur et à mesure des matches, j’ai pris plaisir et je me suis rendu compte que je jouais mieux comme ça. Je ne dirai pas que c’était pour moi une « délivrance » car ça serait un trop gros mot mais j’ai repris du plaisir à jouer. J’ai pris ça comme une expérience, j’ai tout lâché, j’ai profité. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde. »

23/02/2018 - Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
 


Soirée des Trophées du Basket : 16 mai 2018
C’est un moment historique que va vivre le basket profesionnel français puisque la Soirée des Trophées du Basket réunira, à la salle Gaveau (Paris 8ème), les plus grandes stars des championnats LFB et LNB. Cliquez ici pour plus d'informations.

Soirée de gala des 20 ans : 29 mai 2018
La Ligue Féminine a souhaité réunir toutes les personnalités qui ont fait son histoire à l’occasion d’une soirée exceptionnelle le mardi 29 mai 2018. Cet événement permettra de mettre à l’honneur les Championnes de France LFB 2018 mais aussi tous les personnages emblématiques qui, année après année, ont permis à la LFB de grandir pour devenir l’une des ligues les plus structurées du continent. A cette occasion, vous découvrirez les deux « 5 majeurs » des 20 ans.

Open LFB : 13 et 14 octobre 2018
L’Open LFB est un événement incontournable dans le paysage du basket français. Il lance, depuis 2005, la saison de Ligue Féminine de Basket. La 14ème édition de l’Open LFB se tiendra le samedi 13 et dimanche 14 octobre à Paris. Le Stade Pierre de Coubertin, écrin historique de l’Open, devrait de nouveau accueillir l’élite du basket féminin français.

En conséquence, les Pré-Open LFB seront organisés la semaine qui précède, à savoir le samedi 6 et dimanche 7 octobre. Les tournois Pré-Open ont lieu simultanément sur le territoire, sous l’égide de la LFB, et regroupent toutes les équipes de Ligue Féminine à une semaine de l’ouverture officielle de la saison. Ils servent de répétition générale aux joueuses à quelques jours de l’Open LFB.
Les trois organisateurs restent les mêmes à savoir la Ligue Régionale d’Aquitaine (Boé) ainsi que les Comités Départementaux d’Indre-et-Loire (Tours) et de l’Aube (Saint-Julien-les-Villas).

20/02/2018
 


C’est un moment historique que va vivre le basket profesionnel français puisque la Soirée des Trophées du Basket réunira, le 16 mai prochain à la salle Gaveau (Paris 8ème), les plus grandes stars des championnats LFB et LNB.

Véritable temps fort de la saison, cet événement va prendre un nouvel élan en 2018 avec, pour la première fois, la présence des joueuses et entraîneurs de la Ligue Féminine de Basket. Afin de gagner en lisibilté, la LFB a choisi d’unifier les récompenses de MVP française et MVP étrangère pour décerner un titre unique de MVP de la saison, sans distinction de nationalité. Viendront également s’ajouter à ce titre, les trophées de MVP Espoir, meilleur entraîneur et le 5 majeur de la saison LFB.

Philippe Legname (Président de la LFB) : « Je tiens tout d’abord à remercier Alain Béral, le Président de la Ligue Nationale de Basket, ainsi que les membres du Comité Directeur de la LNB. C’est une véritable avancée que d’associer les femmes et les hommes, tous basketteurs professionnels, le temps d’une soirée commune. L’éclairage médiatique de la Soirée des Trophées du Basket va permettre de mieux faire connaître les joueuses du championnat LFB. Mettre simultanément à l’honneur les joueuses et les joueurs est une suite logique des efforts menés par la FFBB dans le cadre de son plan de féminisation. La Fédération Française de BasketBall compte près de 180.000 licenciées et le championnat LFB, qui fête cette année ses 20 ans d’existence, est l’un des plus denses d’Europe. Rendez-vous au mois de mai pour la première édition de la Soirée des Trophées du Basket. »

Alain Béral (Président de la LNB) : « La Soirée des Trophées est un des rendez-vous de prestige de la saison de la LNB et c’est un signe fort que le Comité Directeur a voulu envoyer en acceptant à l’unanimité la proposition de la Ligue Féminine de Basket d’honorer le même jour dans un même lieu les acteurs et actrices de notre sport.
C’est une décision importante qui va aider à renforcer la parité dans l’exposition des meilleurs joueurs et joueuses des Championnats de France de Basket Professionnels.»

20/02/2018
 


#3 - Johanne Gomis (Villeneuve d'Ascq)
Ancienne du Cavigal (2005-2007), l'arrière nordiste a brillé sur le parquet de la salle Leyrit. Intenable en première mi-temps (15pts), Johanne Gomis était au four et au moulin dimanche. Capitaine de l'ESBVA-LM, elle a su montrer le chemin à son équipe qui reste bien au chaud à la deuxième place du classement.
20pts, 4rbds, 3 passes et 3 int en 31' - Evaluation : 22
Victoire 71-60 contre Nice

#2 - Michelle Plouffe (Tarbes)
Re-voilà la Canadienne. Atout numéro 1 du TGB, Michelle Plouffe a passé tout le match sur le terrain et a rendu une copie bien propre. Son activité dans tous les secteurs a permis à son équipe de faire la différence dans le dernier QT. Tarbes a désormais de la marge sur les playdowns.
12pts, 11rbds et 4 int en 40' - Evaluation : 23
Victoire 70-64 contre Hainaut Basket

#1 - Marie Mané (Lattes Montpellier)
La belle surprise de la journée 15. Extrêmement rentable dimanche face à Mondeville (25 d'évaluation en 21' de jeu), l'arrière du BLMA a réalisé l'un des meilleurs matches de sa carrière en Ligue Féminine. Elle pourrait être le facteur X de Lattes Montpellier sur la fin de la saison régulière.
15pts, 3rbds et 7 passes en 21' - Evaluation : 25
Victoire 81-68 contre Mondeville

19/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 15

Nice - Villeneuve d'Ascq 60-71/ Revoir le match
Si le Cavigal a mieux démarré (20-18, 10'), il a laissé l'ESBVA-LM s'envoler sous l'impulsion d'une ancienne de la maison, Johanne Gomis (20pts dont 15 à la pause). L'arrière nordiste a permis à son équipe de rejoindre les vestiaires avec une bonne avance (29-40). Puis un 8-0 villeneuvois dès la reprise a mis fin à tout suspense sur la Côte d'Azur, les Guerrières prennant le large après trois QT (44-61, 30'). Pour les Niçoises et Antiesha Brown (16pts), les affaires se compliquent.

Roche Vendée - Charleville-Mézières 48-67
Après un début de match poussif (10-14, 10'), Vendéennes et Ardennaises ont fait jeu égal dans un deuxième QT guère plus prolifique que le premier (22-27, 20'). Les Flammes ont continué de pousser à l'image de Valeriya Berezhynska (16pts) et ça a payé puisque le club du Grand Est a enfin décollé au tableau d'affichage (34-49, 30'). Distancé, le RVBC n'est pas parvenu à combler le trou malgré les efforts de Bernadette Ngoyisa (11pts).

Bourges - Nantes Rezé 70-55 / Revoir le match
Une belle entame a rapidement mis les Tango à l'aise (12-5, 3') mais le NRB a laissé passer l'orage pour revenir à hauteur (14-14, 10'). Elodie Godin (14pts) et ses partenaires ont de nouveau accéléré, sans que les Déferlantes ne puissent suivre cette fois (35-21,20 '). Un temps revenu sous les 10 points, Nantes Rezé a payé ses efforts en fin de 3è QT (54-33, 30'). Ne restait plus qu'aux Berruyères à gérer. Côté nantais, Maud Medenou (12pts, 10rbds) a été performante.

Lattes Montpellier - Mondeville 81-68 / Revoir le match
Passées par le BLMA, Lisa Berkani et Kristen Mann retrouvaient le Sud sous le maillot de Mondeville. Largué dès le départ (23-10, 10'), le club normand a traîné cet écart tout le match comme un boulet (46-33, 20' puis 64-53, 30') alors qu'Ana Tadic a réalisé un match abouti (12pts). Côté lattois, Romane Bernies (6pts, 8rbds, 8 passes) et Marie Mané (15pts, 7 passes) ont guidé leurs partenaires. 

Hainaut Basket - Tarbes 64-70 / Revoir le match
Après un round d'observation à l'avantage des locales (21-15, 10'), le TGB a serré le jeu pour revenir au contact à mi-parcours (35-31). Laura Garcia (17pts) et ses coéquipières ont pris un nouvel avantage à deux chiffres (50-40, 25')...que les Bigourdanes ont effacé en express (52-53, 30'). Sur cette bonne dynamique, Michelle Plouffe (12pts, 11rbds) et les siennes ont creusé un petit écart qu'elles ont su conserver jusqu'au bout. Tarbes a 3 victoires d'avance sur la 9ème place occupée par les Green Girls.

Lyon - Basket Landes 59-46
C'est en toute logique que l'ASVEL a battu Basket Landes en cloture de la J15. Constamment aux commandes, Lyon a pu compter sur une Julie Allemande inspirée (16pts), le double-double de Marième Badiane (10pts, 13rbds) et l'apport en sortie de banc de la nouvelle venue Géraldine Robert (12pts, 8rbds). Dans le camp landais, le manque d'agressivité en première mi-temps a coûté cher. Miranda Ayim (9pts, 8rbds) et Maja Skoric (13pts) ont été les meilleures marqueuses de leur équipe.

18/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


L'accord de branche (accord sectoriel) est un texte contractuel conclu par les représentants des salariés et des employeurs pour des entreprises d'un même secteur d'activité, permettant de compléter et de moduler la convention collective en vigueur. Le but étant ainsi de régir spécifiquement les relations sociales au sein du basket pro féminin (congés, prévoyance, salaires...).

A Brest, les employeurs (clubs) et les salariés (joueuses, entraîneurs), représentés par leur syndicat (SNB, SCB), ont posé les bases de ce travail. D'autres rencontres suivront afin d'obtenir, à l'issue de négociations, le premier accord sectoriel spécifique dans le sport professionnel féminin.

La Ligue Féminine de Basket se réjouit de la bonne tenue de ces discussions qui répondent à une volonté politique et opérationnelle de la Fédération Française de BasketBall.

15/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)

Pages

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket