LFB
 


Ligue Féminine - Journée 11

Nantes Rezé - Hainaut Basket 76-89 / Revoir le match
Agressives d'entrée de jeu, les Hennuyères ont rapidement pris le large au tableau d'affichage (21-33, 10'). Un écart qui s'est réduit sous l'impulsion de Lidija Turcinovic (19pts dont 15 en première mi-temps), les Déferlantes réussissant à passer les 10 points (42-51, 20'). Les coéquipières d'Egle Sulciute (20pts) ont ensuite serré la défense pour contrôler le retour du NRB et repartir des bords de Loire avec la victoire. En plus d'un écart qui pourrait s'avérer précieux en fin de saison...

Charleville-Mézières - Bourges 75-70 / Revoir le match
Dans le chaudron ardennais, Bourges n'a pas profité de la défaite de l'ESBVA-LM hier soir pour seul les commandes du championnat. Le duo Tchatchouang (13pts) - Chartereau (12) a porté les Tango en début de match (15-23, 10'). Mais devant leur public, les Flammes ont trouvé les ressources pour revenir à hauteur des Berruyères puis les dépasser en début de 4è QT. Amel Bouderra (16pts, 11 passes)

Basket Landes - Lattes Montpellier 83-91
Avant le coup d'envoi, l'espace Mitterrand a rendu un hommage appuyé à Dominique Lafargue, pilier d'Eyres-Moncube qui fut à l'origine du projet landais et son Président jusqu'en 2013, disparu hier à l'âge de 62 ans. Les partenaires de Miranda Ayim (24pts) ont d'abord mené et c'est Romane Bernies (19pts) qui a tenu le BLMA sur ses épaules en première période (43-38). Les filles de Cathy Melain ne se sont pas mises à l'abri et à la faveur d'un dernier QT de feu (34-20), Lattes Montpellier est reparti des Landes avec la victoire. Hurt (20pts), Little (20) et Sottana (19) ont apporté leur verve offensive dans les 10 dernières minutes.

Joués hier soir
Mondeville - Nice 78-68 / Revoir le match 
Tarbes - Roche Vendée 77-64 / Revoir le match
Villeneuve d'Ascq - Lyon 59-66 / Revoir le match

Voir l'actualité

07/01/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 11

Mondeville - Nice 78-68 / Revoir le match
Comme leur classement pouvait le laisser penser, cette opposition a été très disputée. Les Normandes ont constamment fait la course en tête mais Nice n'a jamais quitté le sillage de son adversaire. Lisa Berkani, de retour aux affaires après une blessure au pied, a vite retrouvé ses sensations (23pts). Géraldine Robert avait elle aussi du feu dans les jambes (20pts).  Malgré sa jeunesse, l'USOM a parfaitement géré le money time pour décrocher un précieux succès face à un concurrent direct.

Tarbes - Roche Vendée 77-64 / Revoir le match
Tout en contrôle, le TGB a pris son temps pour construire sa victoire. C'est le quintet Gaye (14pts, 10rbds) - M. Plouffe (13pts) - Bjorklund (12pts) - Konteh (11pts) - Pouye (10pts) qui a assuré l'essentiel de la marque tandis que dans le camp vendéen, c'est encore et toujours Bernadette Ngoyisa (19pts, 8rbds) qui a tenu la baraque. Ce succès permet aux Bigourdanes de basculer dans le positif (6v-5d) et de s'éloigner des playdowns. Tarbes peut même regarder vers le haut puisque le top 5 n'est plus très loin.

Villeneuve d'Ascq - Lyon 59-66 / Revoir le match
Avec Badiane et Diawara toujours absentes, Tanqueray out pour le reste de la saison et remplacée par Vanloo qui faisait ses premiers pas avec la tenue lyonnaise, l'ASVEL ne partait favorite. Et pourtant, sur les ailes d'une Rebecca Allen bien en jambes (19pts), le club du Rhône a réalisé une première mi-temps de haute volée (28-50). Sonnées, les Guerrières n'ont pas été en mesure de répondre, excepté dans le 4è QT, et subissent là leur deuxième défaite de la saison.

Dimanche 7 janvier
Nantes Rezé - Hainaut Basket / 15h00
Charleville-Mézières - Bourges / 15h30
Basket Landes - Lattes Montpellier / 15h30

Les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur www.lfbtv.fr

06/01/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 11

Hasard du calendrier, la LFB sera coupée en deux à l'occasion de la onzième journée. Dans le haut du classement, les équipes du Top 6 vont se recontrer avec pour objectif de se placer en vue des playoffs. Bourges et Villeneuve d'Ascq, co-leaders avec 3 victoires d'avance sur la troisième place, joueront respectivement à Charleville-Mézières (4è) et à domicile contre Lyon (5è). Un déplacement dans les Ardennes bien piégeux pour les Tango, qui restent sur un succès solide en Euroligue à Galatasaray. Côté Carolo, la large victoire en Eurocoupe jeudi (+ 21 à Bydgoszcz) a permis aux partenaires d'Amel Bouderra de remettre la machine en route après la trêve. L'ESBVA-LM recevra un ASVEL qui doit se remettre de la blessure d'Ingrid Tanqueray. Avec une large défaite à Braine en milieu de semaine, les Guerrières devront se rattraper. Sur la troisième marche du podium, Basket Landes (vainqueur en Eurocoupe jeudi contre Kosice 69-55) accueillera dimanche Lattes Montpellier. Les protégées de Cathy Melain ont la possibilité d'éloigner un prétendant au dernier carré mais le BLMA, battu d'un point après prolongation par Fenerbahce mercredi soir, sera difficile à manoeuvrer.

Pour les membres de la seconde moitié du classement, l'objectif sera d'éviter les places 9 à 12 en fin de saison régulière. Tarbes (5-5, 7è) va recevoir la lanterne rouge Roche Vendée. Le promu n'a gagné qu'un match sur 10 et le déplacement en Bigorre s'annonce compliqué. Avec un bilan identique (3-7), Mondeville (11è) et Nice (10è) vont se retrouver en Normandie. Le vainqueur fera une bonne affaire mais avec encore onze matches à jouer ensuite, rien ne sera fait. Situation similaire juste au-dessus pour Nantes Rezé (8è) et Hainaut Basket (9è) qui sont à égalité (4-6). Punies à domicile mercredi en Eurocoupe par Venise (58-87), les Hennuyères devront se remettre la tête à l'endroit avant de rendre visite aux Déferlantes.

Samedi 6 janvier - 20h00
Mondeville - Nice
Tarbes - Roche Vendée
Villeneuve d'Ascq - Lyon

Dimanche 7 janvier
Nantes Rezé - Hainaut Basket / 15h00
Charleville-Mézières - Bourges / 15h30
Basket Landes - Lattes Montpellier / 15h30

Les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur www.lfbtv.fr

05/01/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


#3 - Johannah Leedham (Villeneuve d'Ascq)
L'Anglaise de l'ESBVA-LM a encore frappé. Contre Basket Landes, Jo Leedham a terminé meilleure marqueuse du match et sa performance permet au club nordiste de rester sur le fauteuil de leader.
20pts, 10rbds et 2 passes en 37' - Evaluation : 27
Victoire 66-50 contre Basket Landes

#2 - Shona Thorburn (Nantes Rezé)
C'est ce que l'on peut appeler un match complet. Au four et au moulin, la meneuse aux passeports canadien et britannique a pleinement rempli son rôle de leader pour offrir une victoire importante aux Déferlantes.
17pts, 8rbds, 6 passes et 4 interceptions en 36' - Evaluation : 27
Victoire 68-59 contre Mondeville

#1 - Valériane Ayayi (Bourges)
Elle marche sur l'eau en décembre. L'internationale tricolore est en grande forme puisqu'elle affole les compteurs aussi bien en LFB qu'en Euroligue en cette fin d'année 2017. Une menace offensive bien utile samedi soir pour sortir les Tango du piège vendéen.
25pts, 4rbds, 4 passes et 4 interceptions en 37' - Evaluation : 28
Victoire 92-83 a.p. contre Roche Vendée

18/12/2017
 


Cette première séance, précédée en septembre dernier de visites du SNB lors des tournois Pré-Open, a permis de poser les bases d'un travail qui doit déboucher sur un accord sectoriel spécifique au basket professionnel féminin. Plusieurs intervenants ont pris la parole afin d'exposer le cadre général (historique, juridique...) et les enjeux liés à la mise en place d'un tel accord : Irène Ottenhof (Directrice de la LFB), Jean-François Reymond (Directeur de Provale, syndicat des rugbymen, et ancien Directeur du SNB), Béatrice Barbusse (sociologue et première femme à avoir présidé un club pro masculin, l'US Ivry Handball), Camille Delzant (juriste à l'UNFP, syndicat des footballeurs), Quentin Jegou (SNB) et Me Anthony Mottais (avocat).

Véritable volonté politique et opérationnelle de la Fédération Française de BasketBall, l'accord sectoriel spécifique au basket professionnel féminin a également été évoqué lors du récent séminaire réunissant les Présidents des clubs de LFB et LF2. En effet, les employeurs ont aussi un rôle à jouer dans les négociations, au même titre que les syndicats de salariés (joueuses et entraîneurs).

Depuis plusieurs mois maintenant, le SNB travaille en étroite collaboration avec la Ligue Féminine et les joueuses afin de proposer un accompagnement identique à ce qui peut se faire chez les garçons. Cet engagement se matérialis sur le site internet du Syndicat avec un onglet spécifique à la LFB et une foire aux questions à destination des joueuses professionnelles.

12/12/2017 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


La dernière fois que le BLMA s'est présenté au Palacium, c'était en mai dernier pour la finale des playoffs LFB. Les Gazelles s'y étaient inclinées après quatre manches intenses, laissant leur titre, acquis en 2016, passer dans les mains des Guerrières. Lattes Montpellier va retrouver le Nord après un crochet par Ekaterinbourg où la bande à Romane Bernies n'a pas existé (défaite 100-46).

L'ESBVA-LM s'est aussi incliné mercredi soir en Euroligue, sur le parquet de Galatasaray, mais les filles de Fred Dusart ont été dans le coup tout le match. Olivia Epoupa, une ancienne de la maison, leur a fait très mal (18pts, 12rbds, 5 passes, 5 interceptions).

Malgré des dynamiques opposées, ce match reste un choc de LFB et chaque formation verra sa situation s'améliorer en cas de victoire samedi : une place de co-leader avec Bourges pour l'ESBVA-LM ou un retour au contact de Basket Landes et Charleville-Mézières (6v-3d) pour le BLMA.

Ligue Féminine - Journée 2 (match en retard)

Samedi 9 décembre à 20h00
Villeneuve d'Ascq - Lattes Montpellier en direct vidéo

Déjà joués (voir l'actu)
Nantes Rezé - Roche Vendée 67-60
Mondeville - Lyon 70-67
Tarbes - Bourges 71-61
Charleville-Mézières - Hainaut Basket 85-77
Basket Landes - Nice 57-50

08/12/2017 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Dimanche 17 décembre, l’Astroballe de Villeurbanne accueillera deux rencontres importantes. A 15h, les filles de l’ASVEL affronteront Lattes Montpellier pour le compte de la 10ème journée de Ligue Féminine : un match compliqué pour les deux clubs, choc du milieu de tableau.

A 18h30, l’ASVEL recevra son voisin Bourg-en-Bresse dans le cadre de la 13ème journée de PRO A. Un match forcément particulier pour les coéquipiers de Charles Kahudi qui auront à coeur de rester sur leur bonne dynamique !

Pour l’occasion, SFR Sport proposera à ses abonnés de vivre une après-midi exceptionnelle, au coeur du club de Tony Parker.

04/12/2017
 


Ligue Féminine - Journée 9

Nantes Rezé - Tarbes 59-72 / Revoir le match
Entre deux formations qui chercheront à éviter les playdowns en fin de saison, c'est le TGB qui s'en est sorti à la faveur d'une rencontre globalement maîtrisée. Les protégées de François Gomez ont viré en tête à la pause (28-41) en s'appuyant sur Adja Konteh (23pts). Pour son premier match avec le NRB, Ambrosia Anderson a sonné la révolte (46-51, 30') mais les 16 points de l'ancienne niçoise n'ont pas suffi.

Mondeville - Basket Landes 55-51 / Revoir le match
Deuxièmes au coup d'envoi, les Landaises ne pensaient pas repartir de Normandie la tête basse. Tout avait bien démarré pour les partenaires de Queralt Casas (13pts) qui menaient 16-10 après 10'. Mais la machine s'est enrayée (29% de réussite, 2/16 à 3pts) et l'USOM, avec un collectif au rendez-vous, en a profité (44-37, 30'). La jeunesse normande a résisté dans le dernier QT pour offrir la victoire à ses supporters.

Charleville-Mézières - Villeneuve d'Ascq 65-68 / Revoir le match
Le choc entre deux prétendants au titre final a tenu ses promesses. Les Flammes ont fait la course en tête en première mi-temps (38-35) mais sans jamais distancer l'ESBVA-LM. Des Guerrières qui ont profité du repos pour recharger les batteries (46-48, 30'). La décision s'est faite dans les 15 dernières secondes (65-64) : raté de Dos Santos en pénétration, Sy-Diop redonne l'avantage à son équipe puis balle perdue d'Amel Bouderra offrant deux lancers à Jovanovic. Rideau !

Hainaut Basket - Roche Vendée 66-58 / Revoir le match
Fort d'un premier succès acquis la semaine dernière, Roche Vendée comptait enchaîner dans le Nord. C'est raté ! Pourtant, Bernie Ngoyisa (23pts, 12rbds) et ses partenaires avaient mis les bons ingrédients dès le départ (9-14, 10') mais Bintou Marizy et les Green Girls (19pts) ont décidé de changer la recette. Un 25-13 dans le 3èQT a mis les Vendéennes dans les cordes puis les Hennuyères ont serré le jeu pour ne laisser aucune part du gateau au RVBC.

Nice - Lattes Montpellier 56-82 / Revoir le match
Accrochées pendant la première moitié du match (32-35, 20'), les filles de Rachid Meziane, de retour à Leyrit après y avoir passé plusieurs saisons, ont décidé d'accélérer. Courtney Hurt (22pts) et ses copines ont passé la deuxième et laissé le Cavigal sur le bord de la route (24-6 dans le 3èQT). Géraldine Robert s'est montrée sous un bon jour (13pts, 8rbds) mais l'ex-Gazelle était trop essseulée face à son ancienne équipe.

Bourges - Lyon 69-53 / Revoir le match
Quelle mouche a piqué les deux équipes pendant le repos (30-26, 20') ? Celle du vestiaire lyonnais devait être du genre tsé-tsé. Totalement anesthésié, l'ASVEL a encaissé un 16-0 en 5' et les Tango ont en profité pour prendre la poudre d'escampette (56-37, 30'). Il ne restait plus qu'à gérer pour les partenaires de Valériane Ayayi (15pts, 9rbds). C'est une fois encore Sandrine Gruda qui a montré la voie à Lyon (12pts, 8rbds).

02/12/2017 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Alors que la trêve de Noël approche à grands pas (il reste deux journées entrecoupées d'un tour de Coupe de France), les matches commencent à valoir cher. A tous les étages de la division, cette journée 9 aura une saveur particulière. En bas de tableau d'abord où Roche Vendée, qui a remporté sa première victoire de la saison, affronte Hainaut Basket, un concurrent direct pour le maintien. Ce sera également le cas de Nantes Rezé - Tarbes, deux équipes qui, en fin de saison, chercheront à ne pas figurer dans le wagon des playdowns. Nice, battu en Vendée la semaine dernière, reçoit un Lattes Montpellier claudiquant.

Entre gros bras, on va assister à plusieurs explications qui promettent beaucoup. D'abord le leader Bourges, malmené en Euroligue, compte bien conserver son leadership sur la scène nationale. Les Tango reçoivent au Prado l'équipe de Lyon. Les filles de Valéry Demory montent en puissance et elles se verraient bien faire un coup dans le Cher. Les Flammes Carolo, battues dans les Landes la semaine dernière, jouent à domicile contre Villeneuve d'Ascq. Devant leur public, les partenaires d'Amel Bouderra auront fort à faire d'autant que l'ESBVA-LM reste sur un succès probant en Euroligue contre Bourges.

Finalement, le membre du top 4 le plus serein pourrait être Basket Landes. Les joueuses de Cathy Melain sont sur une bonne dynamique et le déplacement à Mondeville, avant-dernier au classement, peut leur permettre de conforter leur place sur le podium.

Ligue Féminine - Journée 9

Samedi 2 décembre à 20h00
Nantes Rezé - Tarbes
Mondeville - Basket Landes
Charleville-Mézières - Villeneuve d'Ascq
Hainaut Basket - Roche Vendée
Nice - Lattes Montpellier
Bourges - Lyon

Tous les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur www.lfbtv.fr

01/12/2017 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Si la WNBA n’a pas le prestige de la NBA pour les garçons, c’est aussi un rêve d’y entrer un jour. Onze Françaises ont trouvé les clés du paradis et l’une d’entre-elles, Sandrine Gruda, a même réussi à gagner le tant convoité titre de champion.

« Les années précédentes, quand on me parlait de WNBA, je disais non sans regarder quoi que ce soit et là, je me suis posée deux minutes, j’ai réfléchi et je me suis dit que c’est peut-être maintenant ou jamais. L’année prochaine, il y a le championnat d’Europe en début d’été, l’année d’après, les Jeux Olympiques si tout se passe bien et après, je vais commencer à être vraiment vieille ! Donc c’était l’année pour tenter cette expérience. »
Ainsi Céline Dumerc expliquait pourquoi à l’été 2014 elle a décidé de faire le grand saut en acceptant une offre du Atlanta Dream ; une expérience de 28 matches en WNBA dont 11 comme membre du cinq de départ pour une production moyenne de 3,3 points et 4,0 passes.
Contrairement aux garçons avec la NBA, la WNBA n’est pas pour les Françaises une fin en soi. Pour différentes raisons, le montant des émoluments est incomparable (36 500$ de salaire pour la saison pour une rookie, 72 000$ en moyenne pour l’ensemble des joueuses), la saison se tient uniquement l’été et perturbe souvent celle de l’Équipe de France, et les réussites sont finalement peu nombreuses.

Isabelle Fijakowski, la pionnière

Celle qui a eu le plus fort impact, c’est la pionnière Isabelle Fijalkowski, qui a participé aux deux premières saisons de la ligue américaine (1997 et 98) avec une bonne franchise de l’époque, les Cleveland Rockers. La Clermontoise, qui était alors reconnue comme la joueuse numéro 1 d’Europe, avait transité par une université américaine, Colorado, ce qui avait eu l’avantage de la mettre sous les radars des scouts de la ligue et sa taille (1,95m) constituait aussi un atout maître.
« J’ai eu la chance d’avoir des opportunités dans cette équipe telle qu’elle était composée car si j’étais tombée dans l’équipe de Lisa Leslie et de DeLisha Milton, peut-être que je n’aurais pas eu autant de temps de jeu, pas le même rôle. Il y a aussi plus de concurrence pour les extérieures. »
Ses performances chiffrées (12,8 points et 6,2 rebonds en 29 min/match) sont éloquentes et pourtant Isabelle a préféré ne pas poursuivre plus longtemps l’aventure américaine. « J’ai joué deux ans sans avoir beaucoup d’arrêt et j’ai commencé à avoir les genoux pas très nets. Pour moi, la priorité c’était l’équipe de France. »

Onze Françaises en WNBA

Au total ce sont onze Françaises qui ont rejoint un jour la WNBA dont six pour une seule saison. Parmi elles, Emmeline Ndongue, l’un des piliers des Bleues, championne d’Europe en 2009 et vice-championne olympique trois ans plus tard. Il suffit parfois d’une rencontre pour que les portes de la ligue s’ouvrent comme par magie.
Ainsi Emmeline avait réalisé avec Aix-en-Provence deux très bons matches en finale de l’Eurocup face au Spartak Moscou de Lisa Leslie, une sommité du basket américain. « Visiblement, Lisa Leslie a été impressionnée et elle m’a mis en contact avec le club. Au début, je prenais ça pour de la rigolade. Je lui avais filé mon numéro à la fin du match et je n’en attendais rien. Et en fait, deux jours plus tard, j’ai reçu un coup de fil de la General Manager. »
L’empreinte de Emmeline Ndongue aux Los Angeles Sparks ne sera pas éternelle comme celles de Valériane Ayayi à San Antonio, Lucienne Berthieu à Cleveland et Houston, Emilie Gomis à New York, Sabrina Palie à Detroit, Audrey Sauret à Washington, et Laure Savasta à Sacramento. Au moins Sabrina Parie peut-elle se féliciter d’être tombée dans l’équipe, le Detroit Shock de Bill Laimbeer, qui sera championne WNBA en 2006. Sauf que Sabrina ne faisait plus partie du roster au moment des playoffs.
La bague de champion, Edwige Lawson-Wade l’a même touchée du bout des doigts puisqu’elle est allée jusqu’en finale avec les Silver Stars San Antonio échouant trois manches à zéro contre ce même Detroit Shock. « Pour réussir là-bas, il faut avoir un coach qui se déplace en Europe. 85%, je dirais, ne connaissent rien du tout à l’Europe », indique Edwige pour insister sur le fait qu’une part de chance est nécessaire dans la réussite de l’entreprise. C’est ainsi que la médaillée d’argent aux Jeux de Londres s’est retrouvée un temps meneuse titulaire au sein de la franchise du Texas.

Sandrine Gruda, la championne

Sandrine Gruda a réussi à décrocher le Graal mais elle a dû en quelque sorte consentir à des sacrifices sportifs. La première partie de sa carrière, elle l’a menée dans une équipe de deuxième zone, le Connecticut Sun où son abatage dans la peinture était reconnu (jusqu’à 13,5 points et 6,3 rebonds en 32’ en 2009).
« Jouer en WNBA m’a permis de me découvrir davantage », disait-elle alors. « Je ne savais pas que je pouvais jouer en 3 jusqu’à ce que je le fasse réellement et pas dans n’importe quel championnat, en WNBA. Je l’ai fait par exemple contre Phoenix et Penny Taylor. Ça n’a pas été facile au début, mais j’ai approfondi mes compétences. »
Après un break de quatre saisons, la Martiniquaise est retournée dans la ligue mais cette fois aux Los Angeles Sparks. Son temps de jeu y a fondu comme neige au soleil (7 matches à 5 minutes de moyenne en 2016) mais au bout du suspense, un titre de champion est venu la récompenser cette année-là et encore une finale l’été dernier.
La morale de l’histoire c’est que même pour les basketteuses, et même pour les plus réfractaires d’entre-elles à l’american way of life, comme Céline Dumerc, jouer en WNBA est comme un rêve qui devient réalité.
« C’est un vrai régal », confiait l’icône du basket féminin français alors qu’elle portait le maillot du Dream. « Quand je rentre dans le Madison Square Garden, j’ai la banane comme une gamine ! Quand je vais à San Antonio, je me dis : « Les mecs étaient champions NBA ici, il y a quinze jours ! » Ce sont des moments forts et c’est un sacré confort. »

28/11/2017 - Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard

Pages

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket

NOS PARTENAIRES

Partenaires