Equipe de France U17 féminine
 


La Coupe du Monde U17 féminine se déroulera du 15 au 23 août à Cluj-Napoca en Roumanie. 

Groupe A: Italie, Canada, Corée, Egypte
Groupe B: Mali, Etats-Unis, Australie, Espagne
Groupe C: Lituanie, Russie, Japon, Chili
Groupe D: Roumanie, France, Chine, Porto Rico

La génération 2003, coachée par Julien Egloff, est arrivée 4ème place de l'Euro U16 2019, et se place en outsider dans la course à la médaille mondiale. 

04/03/2020 - Kévin Bosi (FFBB)
 


47 points. C'est la moyenne avec laquelle les joueuses des Etats-Unis ont remporté leurs 6 matchs depuis le début de ce mondial. Seule une équipe avait réussi à maintenir la nation dominante du basket sous la barre des 80 points : l'Espagne, en quart de finale (66-31). Voilà ce à quoi s'attendaient les jeunes tricolores au sortir d'une demi-finale fièrement gagnée face à l'Australie, championne du monde en titre. 

Elles auront mené 2 à 0, avant de subir la foudre américaine. Profitant des moindres erreurs françaises pour prendre rapidement 10 points d'avance, les Etats-Unis imposent une défense et un rythme asphyxiants aux Bleues. Dépassées dans les duels, les Françaises subissent la qualité technique individuelle de leurs vis-à-vis via des pénétrations incessantes. De l'autre côté du terrain, l'intelligence défensive et l'intensité physique des Américaines brident le jeu des Bleues qui multiplient les pertes de balle. Peu chanceuses sous le cercle, les Tricolores survivent grâce à l'adresse extérieure exceptionnelle de Zoé Wadoux et Marine Fauthoux, seules joueuses bleues en vue. Si les Françaises parviennent à rester à 11 longueurs de leurs adversaires à la fin du quart-temps, le deuxième acte scellera les espoirs des Bleuettes. Les Américaines sont partout, trop rapides, trop athlétiques, trop puissantes, trop disciplinées et retrouvent une adresse extérieure permettant de contrer la zone proposée par Arnaud Guppillotte. Face à ce récital collectif, les Bleues peinent à trouver des solutions, à aligner les passes et profitent des performances incroyables de leurs shooteuses Zoé Wadoux (13 points à 3/6 à trois points) et Marine Fauthoux (11 points à 3/3 à trois points) pour rentrer au vestiaire avec moins de 20 points de retard (28-46). 

Mais la marche est trop haute. Les Bleuettes ne démeritent pas, mais la démonstration de puissance américaine est totale. Iliana Rupert, l'héroïne de la demi-finale est ciblée, handicapée par les fautes et ne parvient à s'illustrer. Malgré tous les efforts fournis, la médaille d'or est hors de portée pour les Tricolores qui butent sur une muraille défensive tout au long de la deuxième mi-temps (12 points inscrits). Si la domination est écrasante, l'état d'esprit des Françaises est impressionant, ces dernières continuant à jouer sans baisser les bras. Mais les Américaines étaient injouables, tout simplement. Face à cette hégémonie, la vraie finale des Bleues s'est déroulée le match précédent, contre l'Australie. Une deuxième mi-temps mémorable, ayant permis à cette génération dorée de devenir vice-championne du Monde et de continuer à rêver de médailles, après un parcours magnifique durant cette compétition. 

France - Etats-Unis : 40-92

 

 

29/07/2018 - Fantine Tessereau
 


Deux équipes invaincues dans la compétition, deux équipes ayant gagné leur quart de finale avec au moins 20 points d'avance. La France avait fort à faire contre l'Australie, l'une des meilleures nations au monde, qui a remporté ses matches avec une moyenne de 26 points depuis le début du mondial. 

Inspirée dès la deuxième minute du match, Zoé Wadoux débloque le compteur tricolore à trois points, le point rageur, symbole de l'état d'esprit avec lequel les Françaises abordent cette rencontre. Sûrement tétanisées par l'enjeu, les deux formations ont des difficultés à poser le jeu et à trouver des tirs ouverts par la suite. Une fois le  rythme retombé, un duel au à coude s'engage entre ces deux équipes invaincues, alors que les joueuses d'Arnaud Guppillotte ne parviennent à contenir une Isabel Leigh Palmer intenable (11 points sur les 17 de son équipe, à 3/4 à 3 points). Déjà handicapées par les fautes (2 pour Marine Fauthoux), les Bleues retournent sur le banc à l'issue du quart-temps avec 8 points de retard (11-19) en peinant à trouver des solutions offensives (4/14 au tir). 

Dès l'entame du deuxième acte, les Australiennes, très en réussite derrière l'arc contrairement aux Bleues, creusent encore plus l'écart. Très rugueuses en défense, les Vertes et Or empêchent les Tricolores de mettre en place le jeu offensif qui les a singularisées jusque-là (15-27 au milieu du deuxième quart-temps). Ce sont deux contre-attaques de Zoé Wadoux et Iliana Rupert qui semblent sonner la révolte française avant de voir les deux meilleures scoreuses australiennes (Lily Scanlon, 12 points et Isabel Leigh Palmer 14 points) s'illustrer à nouveau face à la maladresse criante des Tricolores qui rentrent au vestiaire avec un retard de 15 points (21-36). 

La deuxième mi-temps s'engage mieux : un caviard délivré par Marine Fauthoux, un tir primé et une faute provoquée par la meneuse relancent les joueuses évoluant en blanc ce soir. Plus agressives, en témoigne la présence au rebond offensif, les Françaises repassent sous la barre des dix points. En seulement deux minutes, les Championnes d'Europe U16 font honneur à leur palmarès et reprennent la tête, grâce à une excellente défense (rebonds et interceptions), et à la qualité de tout un collectif sous l'impulsion de Zoé Wadoux. Infligeant un 22-5 à leurs adversaires dans le quart-temps, à la suite d'un trois points de Kendra Chery, les Bleues réalisent le come-back au moment où il le fallait et sortent en tête avant les dix dernières minutes (43-41). 

Un mano à mano s'engage dans le dernier acte, à l'avantage des Tricolores qui prennent 7 points d'avance à 4 minutes de la fin du match. Iliana Rupert ne laisse rien passer dans sa raquette et c'est à l'extérieur que les Australiennes trouvent quelques solutions. A 1'30 de la fin, les Françaises mènent de 5 points, avant un tir plus que décisif de Marine Fauthoux à trois points. A l'issue d'une fin de match haletante à coup de lancer-francs, les Tricolores finissent par s'imposer et s'assurent une médaille mondiale, après celle européenne décrochée l'année dernière. Incroyable. Elles joueront la finale demain, à 19h30 contre la Hongrie ou les Etats-Unis. 

France - Australie : 68-58

28/07/2018 - Fantine Tessereau
 


Après un premier match difficile face au Japon, l'Equipe de France féminine a connu une journée plus tranquile aujourd'hui. Face à la Colombie, les joueuses d'Arnaud Guppillotte n'ont pas eu à forcer leur talent dominant de la tête et des épaules leurs adversaires du jour. Collectivement, les Françaises sont intouchables : 54 rebonds contre 39 et 27 passes contre 8. Dans ces conditions, le match tourne rapidement à la démonstration et l'écart ne cesse d'augmenter au tableau d'affichage : +12 après 10 minutes, +24 à la mi-temps, +32 à la 30e minute et +43 au buzzer final.

L'occasion pour le staff tricolore de ménager ses cadres et de faire tourner son effectif, aucune joueuse tricolore n'a joué plus de 23 minutes. Ewl Guennoc (11 points, 10 rebonds, 4 passes) et Janelle Salaun (13 points et 5 rebonds) profitent de l'occasion pour briller et mener les débats face à des Colombiennes très limitées. Une seule joueuse sud-américaine a marqué plus de 10 points, Esperanza Morales Lopez (12 points et 5 rebonds).

Mardi face à la Biélorussie, ça sera sans doute une autre histoire.

22/07/2018
 


Au regard des matches de préparation, l'entraineur tricolore Arnaud Guppillotte craignait énormément ce premier match du Mondial en Biélorussie face au Japon. Le jeu atypique des joueuses asiatiques lui a rapidement donné raison. Le jeu de passes, l'adresse et surtout la défense des joueuses nipponnes ont posé de vrais problèmes aux Françaises qui ont eu du mal à installer leur jeu.

Sous le regard du président de la FFBB, Jean-Pierre Siutat, Zoé Wadoux (11 points et 2 rebonds) et ses partenaires ont pourtant fait la course en tête une grande partie de la rencontre mais elles n'ont jamais réussi à complètement larguer les Japonaises malgré une absence totale de réussite aux tirs de loin (1/16).

Légèrement décrochées dans le troisième quart-temps, les Françaises finissent fort en s'appuyant sur une Kendra Chery des grands soirs (14 points, 7 rebonds et 6 contres) et une Iliana Rupert exceptionnelle. Cette dernière finit la partie avec 31 d'évaluation et a cumulé 18 points, 16 rebonds et 5 contres. L'intérieure tricolore évite ainsi à la France un faux-pas qui aurait pu être préjudiciable pour la suite de la compétition. 

Ce soir, les protégées d'Arnaud Guppillotte ont montré une belle capacité de réaction mais elles devront hausser le ton pour espérer aller loin dans ce Mondial.

22/07/2018

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket