Charleville-Mézières
 


Playoffs - Demi-finales retour

Tarbes - Charleville-Mézières 71-60
Tarbes bat Charleville-Mézières 2-0

Bourges bat Lyon 2-0

Programme de la finale

Match 1 - Samedi 19 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Bourges - Tarbes
Match 2 - Lundi 21 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Bourges - Tarbes
Match 3 - Jeudi 24 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Tarbes - Bourges
Match 4 (si nécessaire) - Samedi 26 mai (16h30 - SFR Sport 2) : Tarbes - Bourges
Match 5 (si nécessaire) - Lundi 28 mai 2018 (horaire à déterminer - SFR Sport 2/3) : Bourges - Tarbes

09/05/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Playoffs - Demi-finales retour

Battues dans leur salle dimanche, les Flammes Carolo vont devoir s'imposer à Tarbes mercredi soir pour rester en vie dans ces playoffs. Mais le TGB, qui enchaîne les grosses performances, compte bien ralier la finale sans avoir à retourner dans les Ardennes. Lyon aimerait pour sa part revoir Bourges et son Prado. Ca signifierait alors que les partenaires de Paoline Salagnac ont réussi à égaliser dans la série face aux Berruyères. La fin de match de l'ASVEL samedi dernier prête à l'optimisme mais l'expérience des grands rendez-vous côté Tango sera un précieux atout.

Mardi 8 mai - 20h45 sur SFR Sport 2
Lyon - Bourges
Match aller : Bourges 73-67
Belle éventuelle le 12 mai (16h30 - SFR Sport 2)

Mercredi 9 mai - 20h45 sur SFR Sport 2
Tarbes - Charleville-Mézières
Match aller : Tarbes 75-62
Belle éventuelle le 13 mai (15h00 - SFR Sport 2)

Matches de classement retour (5-8)

Basket Landes et Villeneuve d'Ascq, vainqueurs à l'aller à domicile, chercheront à confirmer leur solide prestation. En cas de nouveau succès, ces deux équipes se retrouveront ensuite pour déterminer les places 5 et 6 des playoffs. C'est ce classement qui permettra de déterminer les places en Eurocoupe pour la saison 2018-2019.

Mardi 8 mai - 20h00 sur LFB TV
Nantes Rezé - Basket Landes
Lattes Montpellier - Villeneuve d’Ascq
Belle(s) éventuelle(s) le 12 mai (20h00)

Les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur LFB TV

Playdowns - Journée 5

En grand danger, le Cavigal de Nice est dans l'obligation de s'imposer s'il veut garder ses chances de maintien. Une défaite face à Mondeville, qui du coup sauverait sa place en LFB, conjuguée à une victoire de Roche Vendée sur Hainaut Basket, enverrait les Niçoises en LF2.

Mardi 8 mai
Roche Vendée - Hainaut Basket (19h00)
Nice - Mondeville (20h00)

Les matches sont à suivre en direct et gratuitement sur LFB TV

Classement intermédiaire

1. Hainaut Basket 18pts (8-2)
2. Mondeville 16pts (6-4)
3. Roche Vendée 14pts (4-6)
4. Nice 12pts (2-8)

07/05/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Finale Coupe de France - Trophée Joë Jaunay

Dans une ambiance bouillante assurée par une grosse délégation ardennaise, les Tango prennent les commandes face à des Flammes sans adresse (0-7, 3'). La huitième tentative carolo trouve enfin le cercle mais Marine Johannes est déjà en jambes côté berruyer (2-14, 5'). La blessure de Kaleena Lewis n'arrange rien aux affaires d'un FCBA qui subit des deux côtés du terrain. Et comme les rotations opérées par Olivier Lafargue fonctionnent, Bourges creuse logiquement l'écart. Un sursaut dans la dernière minute remet Charleville-Mézières à l'endroit (14-24, 10').

Passée du Cher aux Ardennes à l'intersaison, Clarissa Dos Santos redonne de l'espoir au kop carolo. Bourges garde néanmoins son adversaire à distance à coup de tirs lointains signés Marine Johannes (4/5 à la pause). Il faut toute la hargne de Valeriya Berezhynska pour ne pas voir les Flammes s'éteindre (26-35, 17'). Portées par un grain de folie et une légère baisse de régime berruyère, les partenaires d'Amel Bouderra parviennent à passer sous la barre des 10 points avant le repos (32-40).

L'envie ardennaise est toujours présente et le doute pointe doucement son nez côté Tango. Moins à l'aise qu'en début de match, Valériane Ayayi et ses copines vont devoir faire le dos rond. La confiance semble revenue chez les Flammes à l'image de Kalis Loyd qui marque 5 points consécutifs (45-47, 24'). Un triple de Cristina Ouvina puis une faute offensive coupent l'élan du FCBA. Bourges a laissé passer l'orage et reprend ses aises grâce à une Sarah Michel virevoltante (49-59, 30').

Le premier panier primé d'Amel Bouderra, après quatre échecs, puis celui de Loyd ramènent rapidement les Carolomacériennes au contact. Incandescente, la Suédoise récidive derrière l'arc obligeant Olivier Lafargue à stopper le jeu suite à ce 9-0 (58-62, 34'). Valériane Ayayi, précieuse dans cette finale, et l'expérience de l'inusable Laia Palau (38 ans), font un bien fou aux Tango qui respirent après le coup de chaud carolo. Les Ardennaises ne reviendront pas. Bourges remporte, comme l'année dernière, la Coupe de France.

Déjà meilleure joueuse de la finale en 2016 avec Lattes Montpellier, l'internationale tricolore Valériane Ayayi a logiquement été désignée MVP Pierre Lannier du match.

Déclarations d'après match

Valériane Ayayi (MVP de la finale et joueuse de Bourges) : "Je n’en pouvais plus. C’est tout le stress d’une semaine de travail longue et intense. Après notre défaite contre les Flammes il y a une semaine nous n’avons pas remis tout en question. On ne jouait pas sur nos forces et on savait où on voulait aller. Bourges est une équipe qui sait ce qu’elle a à faire pour gagner. A aucun moment je n’ai eu peur de perdre. J’étais sereine de ce qu’on produisait sur le terrain, de notre défense, de mes coéquipières. MVP ? Je n’en ai rien à faire. C’est bien mais ce qui compte c’est d’avoir un titre avec des filles géniales."

Amel Bouderra (capitaine de Charleville-Mézières) : "On savait que les battre la semaine dernière ne changeait rien, ni pour elles, ni pour nous. On a gagné le mauvais match. Elles ont été plus intenses, plus prêtes. Dans ce genre d’événement ça se paye. On a lâché beaucoup d’énergie pour revenir. Il ne fallait pas partir avec un trop gros écart, on l’a déjà vécu l’an passé. C’est toujours une déception de perdre, surtout face à une tribune toute rouge. Mais il ne faut pas oublier la fierté d’être deux fois en finale."

Romuald Yernaux (coach Charleville-Mézières) : "Bourges a été supérieur dans la régularité sur l’intensité. Le début de match est un fait de jeu et je savais qu’on serait capable de recoller. Notre collectif est nourri de valeur. Je tire mon chapeau à mon équipe. Malgré les blessures on a cherché à s’adapter. Ce qui nous est tombé dessus ce soir c’est qu’on tire sur l’effectif depuis trois mois. Bourges, par ses rotations, a imposé un niveau d’intensité très élevé. Forcément les regrets sont là mais la meilleure façon de gagner des finales c’est d’en jouer."

Olivier Lafargue (coach Bourges) : "Charleville est une très bonne équipe qui nous a battus deux fois de suite. Les filles avaient conscience que cela dépendait avant tout de nous. Au basket il faut savoir gérer les bons comme les mauvais moments. Même à +10 j’avais encore de l’appréhension. Parce que je les connais bien. Elles pouvaient toujours revenir."

Bourges (LFB) bat Charleville-Mézières (LFB) 82-70

21/04/2018 - Arnaud Dunikowski
 


Il y a un an, Clarissa Dos Santos soulevait la Coupe de France féminine avec le Bourges Basket et était élue MVP de la rencontre (26 points). Douze mois ont passé, les tours de Coupe de France ont rythmé la saison, et Bourges et Charleville-Mézières se retrouveront encore en finale sur le parquet de l’AccorHotels Arena à Paris le 21 avril prochain. À la différence près que l’intérieure brésilienne, tout comme les deux tricolores Ana Filip et Sara Chevaugeon, ont quitté le navire berruyer pour rejoindre les Flammes Carolo à l’intersaison.

Même si les effectifs des deux finalistes ont largement été remaniés depuis la saison dernière, les deux clubs tutoient encore les sommets. Bourges a réalisé une campagne européenne convaincante mais a dû plier en quart de finale face à l’armada turque de Yakin Dogu, profilée pour remporter l’Euroligue. Les joueuses d’Olivier Lafargue, arrivé dans le Berry cet été et qui disputera sa première finale de Coupe de France, règnent par ailleurs sur la Ligue Féminine avec seulement trois défaites au compteur. En 2005 et 2006, les Tango remportaient leur 3ème et 4ème Coupe de France de leur histoire avec Laia Palau et Elodie Godin dans leurs rangs… Les deux joueuses, aujourd’hui revenues à Bourges, auront à cœur de ramener aux supporters berruyers un 10ème titre dans la compétition.

Côté Carolo, la saison est également réussie jusqu’à présent. Dans le Top 4 du classement en LFB, les Flammes poursuivent leur progression saison après saison. Si leur première finale de Coupe de France en 2017 avait confirmé cette marche en avant, les troupes de Romuald Yernaux avait quelque peu été inhibées par l’émotion et n’avait pas réussi à bousculer les Berruyères. La double MVP du championnat, Amel Bouderra, avait eu beau planté 16 points devant un public ardennais venu nombreux donner de la voix, Charleville avait dû laisser filer le trophée. En 2018, les Carolo n’auront plus d’excuse pour rapporter dans les Ardennes la première Coupe de France de son histoire.

Le programme des Finales Coupe de France 2018 :

Vendredi 20 avril 2018
18h00 : Finale Trophée féminin en direct sur Youtube
BC La Tronche Meylan (NF1) – Aulnoye AS (NF1)

20h30 : Finale Trophée masculin en direct sur Youtube
Toulouse BC (NM2) - Kaysersberg Ammerschwihr BCA (NM2)

Samedi 21 avril 2018
11h30 : Finale U17 féminines en direct sur Youtube
USO Mondeville - FC Lyon ASVEL Féminin

14h00 : Finale U17 masculins en direct sur Youtube
JL Bourg - Nantes Basket Hermine

16h30 : Finale Pros féminines (Trophée Joé Jaunay) en direct sur SFR Sport 2
Flammes Carolo BA (LFB) - Tango Bourges Basket (LFB)

19h00 : Finale Pros masculins (Trophée Robert Busnel) - en direct sur SFR Sport 2
Strasbourg IG (Jeep© Élite) – Boulazac BD (Jeep© Élite)

Réservez vos places en cliquant ici

Suivez la Coupe de France sur les Réseaux Sociaux avec #CDFBasket et retrouvez toute l’actualité sur la page Facebook Coupe de France de BasketBall

 

18/04/2018 - Kévin Bosi (FFBB)
 


Ligue Féminine - Journée 14 (match en retard)

Charleville-Mézières - Nice 99-59
C'est une véritable démonstration de force qu'ont réalisé les Ardennaises mercredi soir. Devant après 10 minutes (27-16), les partenaires de Clarissa Dos Santos (26pts, 12rbds) ont surtout fait la différence après la pause (44-34, 20'). Dans le sillage de la Brésilienne, Kalis Loyd (21pts) et Amel Bouderra (6pts, 13 passes) ont régalé. Dans les cordes à la fin du 3è QT (72-46), Nice n'a pas réagi et a encore vu l'écart augmenter. Jodie Cornelie (15pts, 12rbds) s'est montrée à son avantage côté niçois.

01/03/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Ligue Féminine - Journée 14

Mercredi 28 février à 20h00
Charleville-Mézières - Nice
Quoi qu'il arrive, les Flammes Carolo reprendront la troisième place à Basket Landes à l'issue du match. Reste à savoir si les partenaires d'Amel Bouderra auront une ou deux victoires d'avance sur les Landaises. Pour les Niçoises, ce match risque d'être difficile face à un prétendant au titre.


Déjà joués
Basket Landes - Roche Vendée 81-69
Tarbes - Lattes Montpellier 88-93 a2p
Nantes Rezé - Lyon 68-64
Villeneuve d'Ascq - Hainaut Basket 76-57
Mondeville - Bourges 64-83

28/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Les joueuses de Romuald Yernaux ont réussi un hold up parfait en demi-finale de la Coupe de France féminine en battant Lattes-Montpellier sur son parquet. 

Kaleena Mosqueda-Lewis a été impressionnante dans cette rencontre. Elle score 25 pts (61% de réussite et 29 d'évaluation) et fait faire la bascule à Charlevile dans le dernier quart-temps pour distancer les joueuses de Lattes-Montpellier.

Ce sera donc une réédition de la finale 2017 entre Bourges et Charlevilles-Mézières, qui avait tourné il y a un an à l'avantage des Tango.

C’est la 13e finale de Coupe de France pour Bourges. Sa première participation date de 2002 et le club berruyer s’était incliné face à Valenciennes. Depuis, le club s’est bien rattrapé, puisqu’il a remporté cette compétition à 7 reprises. Du côté des Flammes, après avoir joué la première finale de Coupe de France de leur histoire l'an dernier, les coéquipières d'Amel Bouderra tenteront de ramener le trophée Joë Jaunay dans les Ardennes.

Charleville-Mézières bat Lattes-Montpellier : 72-63

 

24/02/2018 - F. Canet / FFBB
 


Eurocoupe féminine - Top 8 retour

Charleville-Mézières - Mersin (TUR) 84-86
La qualification des Flammes pour le tour suivant nécessitait une victoire de plus de 9 points, suite à une première défaite au match aller (80-71). Concentrées, les partenaires d'Amel Bouderra (14pts, 13 passes) n'ont pas pu se détacher d'entrée. Pire, ce sont Bria Hartley (21pts) et Sasa Cado (20pts) qui ont creusé un premier écart (36-42, 20'). Il restait alors une mi-temps aux filles de Romuald Yernaux pour inverser la tendance mais face à une équipe turque insolente de réussite à 3pts (15/28), la mission s'est révélée impossible. La réaction d'orgueil du dernier quart-temps n'aura servi qu'à réduire l'écart final.

Les qualifiés pour les quarts de finale (28 février et 8 mars) :
Galatasaray (TUR), Villeneuve d'Ascq, Salamanque (ESP) et Orenburg (RUS) issus de l'Euroligue.
Hatay (TUR), Girone (ITA), Venise (ITA), Mersin (TUR)

Le tirage au sort aura lieu ce vendredi 2 février à Munich (12h00).

02/02/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Euroligue féminine - Journée 14

Sopron (HUN) - Bourges / 18h00
Assurées de participer aux quarts de finale, les Tango finiront troisièmes ou quatrièmes du groupe A. Un succès en terre hongroise leur donnerait la place sur le podium. Quoi qu'il arrive, l'adversaire au tour suivant sera d'un gros calibre : Yakin Dogu (TUR) ou Ekaterinbourg (RUS).

Lattes Montpellier - Ekaterinbourg (RUS) / 20h00
Le calvaire européen des Gazelles va prendre fin. Avec une seule victoire en 13 rencontres, le BLMA aura vécu une saison régulière d'Euroligue très difficile. Pour le clap de fin, les protégées de Rachid Meziane accueillent Ekaterinbourg et ses stars (Torrens, Meesseman, Griner...).

Villeneuve d'Ascq - Galatasaray (TUR) / 20h15
L'équation est simple pour les Guerrières : une victoire et elles verront les quarts de finale d'Eurocoupe, une défaite et il faudra attendre les résultats de Polkowice, qui joue à Kursk, et Braine, qui reçoit Prague. En cas d'égalité au classement, l'ESBVA-LM a l'avantage sur les Polonaises (2-0) mais pas sur les Belges (1-1, -6).

Les matches à suivre en direct sur www.youtube.com/FIBA

Eurocoupe féminine - Top 8 retour

Dans le chaudron turc il y a une semaine, les Flammes ont limité les dégâts et devront l'emporter de plus de 9 points pour passer en quarts. Pas impossible tant les Ardennaises savent se sublimer devant leur public. Il faudra limiter l'impact du 5 majeur de Mersin (71pts sur 80) et obliger le coach Ozlem Sencan à faire des rotations.

Mercredi 31 janvier
Hatay (TUR) - Szekszard (HUN)
Aller : Hatay 76-74
Ragusa (ITA) - Girone (ESP)
Aller : Girone 85-61
Venise (ITA) - Kosice (SVK)
Aller : Venise 89-68

Jeudi 1er février
Charleville-Mézières - Mersin (TUR) / 20h00
Aller : Mersin 80-71

Les quatre qualifiés seront rejoints par quatre équipes issues de l'Euroligue (les 5è et 6è de groupe). Un tirage au sort déterminera les quarts de finale.

30/01/2018 - Arnaud Dunikowski (LFB)
 


Après le retrait de Valenciennes, plusieurs clubs ont bâti des équipes capables de mettre à mal la suprématie du Bourges Basket et ses 13 titres de champion de France.

Le clasico Bourges-Valenciennes cessa en 2008 faute de combattantes nordistes. Un temps Tarbes, solidement enraciné dans le paysage de la LFB, pris le relai défiant Bourges à trois reprises en finale pour en gagner une en 2010. Sur les dernières années, on a observé la montée en puissance de quatre clubs capables de plus ou moins ébranler la suprématie berruyère : Lattes-Montpellier, Villeneuve d’Ascq, Basket Landes et Charleville.

Comme son nom l’indique, le Basket Lattes Montpellier Méditerranée Métropole Association est situé sur la commune de Lattes (16 000 habitants) dans la banlieue de Montpellier. Le club de l’Hérault a franchi un cap décisif avec l’arrivée du coach Valéry Demory et de son fidèle adjoint Guy Prat. Trois fois (2008, 2012 et 2013) le BLMA est parvenu en finale. Trois fois Bourges l’a empêché de graver son nom sur le trophée. Mais les Lattoises sont persévérantes et la quatrième tentative, en 2014, fut la bonne.
Il aura fallu dix saisons au club de Gaëlle Skrela pour enfin décrocher le Graal. La bête noire était vaincue : « L’année dernière, ça été très difficile de terminer premières de la saison, de gagner à Bourges en finale et de perdre ensuite deux fois chez soi », commenta alors la capitaine. « Avec le recul, on peut dire que ça nous a peut-être permis d’acquérir l’expérience nécessaire pour s’imposer là-bas cette année. Même si ce n’était pas en phase finale, ça faisait quelques années que l’on battait Bourges, on savait qu’elles n’étaient pas imbattables. »
Cette consécration, le BLMA l’obtint lors de la troisième manche à Bourges, ce qui fit qu’elles fêtèrent l’évènement… sur l’autoroute.
« On est revenu en minibus, donc on n’était pas toutes ensemble, cinq heures de route, c’est un peu long. On s’est arrêté sur des aires d’autoroute, on a chanté et dansé, et les chauffeurs de camion qui dormaient devaient être contents ! C’est dommage de ne pas pouvoir partager ces moments-là avec les gens du club, mais c’est bien aussi de les vivres à quatorze ou quinze… »
Deux ans plus tard, Lattes-Montpellier récidiva. Toujours face à Bourges. Mais cette fois le match décisif se tient dans sa salle et les joueuses purent communier avec leurs supporters.

Villeneuve d'Ascq a pris le relai

Le face-à-face Bourges - Villeneuve d’Ascq est plus récent mais tout aussi vivace. Fait unique, il s’installa même en 2016 au sommet de l’Eurocoupe. Et les Tango chipèrent aux Villeneuvoises le trophée gagné l’année précédente
« On est encore très loin de la rivalité entre l’USVO et Bourges », affirmait le coach Frédéric Dusart à cette époque. « En féminines, la rivalité est plus sur les dernières années entre Bourges et Montpellier. C’était la première fois que l’on a atteint la finale l’an dernier. Il ne faut pas oublier qu’en décembre 2012, on était dernier du championnat avec deux victoires et si je ne gagnais pas à Charleville, j’étais viré ! Il y a trois ans jour pour jour, on parlait de Ligue 2, pas d’Euroligue, et on prenait des cartons contre Bourges. D’ailleurs à cette époque, ce sont les trois équipes du Nord, Arras, Saint-Amand et nous qui étions derniers. Il ne faut pas aller plus vite que la musique. Si un jour il y a une rivalité Bourges - Villeneuve, c’est qu’on les aura jouées cinq fois en finale. »
Peut-être, mais l’ESBVA a déjà franchi un échelon majeur en étant Champion de France au printemps dernier. Même si c’était contre Lattes Montpellier qui avait écarté Bourges en demi-finale.

Deux clubs le nez à la fenêtre

Le projet de rassembler dans un même club les plus beaux talents du département des Landes ne date que de l’an 2000 et les racines étaient alors à Eyres-Moncube, petit village de 350 habitants. La N2, la N1, le passage à Saint-Sever, la montée en Ligue, la coupe d’Europe, le repli sur Mont-de-Marsan, tout cela est arrivé si vite… « Le sportif nous a porté sans arrêt avec une progression rapide et constante au classement, mais pas au-delà des moyens financiers du club », expliqua un jour Pierre Dartiguelongue alors président.
L’autre caractéristique de Basket Landes, c’est ce sens de la fête qui fait communier joueuses et public. Le président parlait alors de « soirées bouillantes » après les victoires. Cela fait partie de l’ADN du basket landais, mais n’interdit pas l’exigence du professionnalisme du XXIe siècle. L’arrivée l’année dernière de Céline Dumerc a donné un coup de projecteur supplémentaire à ce club atypique.

Les Flammes Carolo de Charleville-Mézières, ont aussi leur meneuse emblématique, Amel Bouderra. Avant de devenir deux fois MVP de la Ligue Féminine, en 2016 et 2017, Amel a accompagné la montée en puissance du club des Ardennes sur une décennie. « Je l’ai vu grandir, évoluer. C’est surtout que même en Ligue 2, on a toujours eu un public très fervent. C’est un club qui n’a jamais vraiment changé dans son côté familial. Même s’il s’est professionnalisé, il a gardé ses mêmes bases humaines. »
Les Flammes pourraient elles aussi parvenir rapidement en finale du championnat. Depuis qu’elles ont investi la Caisse d’Epargne Arena, elles ont atteint une dimension supérieure en externe comme en interne. « On avait un peu peur en partant de Bayard qui était vraiment notre chaudron, mais là on fait des matches à 2 500 personnes. »
Et ce n’est pas un petit exploit d’être parvenu à faire de la ville une terre de basket féminin quand on connaît la longue histoire du basket masculin à Charleville-Mézières.

29/01/2018 - Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard

Pages

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket

NOS PARTENAIRES

Partenaires