Equipe de France féminine
 


Débarquée en Turquie fin mars, l'entraîneur des Bleues Valérie Garnier a réussi son pari. Alors que Fenerbahçe n'était pas au mieux en championnat et avait été sorti en quarts de finale de l'Euroligue, le club stambouliote a réagi et a terminé la saison sur les chapeaux de roue. Après avoir éliminé Besiktas en quart puis Hatay en demi-finale du championnat turc, les joueuses de Valérie Garnier ont réussi l'exploit de vaincre l'ogre Yakin Dogu en finale (3-1), club où évolue d'ailleurs l'intérieure tricolore Sandrine Gruda. Fenerbahçe remporte ainsi le 13ème titre de champion de son histoire.

 

22/05/2018 - Kévin Bosi (FFBB)
 


Pour sa première expérience à l'étranger, Olivia Epoupa a inscrit une ligne de plus à son palmarès. La Championne de France LFB 2017 avec Villeneuve d'Ascq avait quitté le Nord pour rejoindre la Turquie et Galatasaray. Reversé en quarts de finale de l'Eurocoupe après avoir terminé à la cinquième place du groupe A d'Euroligue, l'équipe dirigée par Marina Maljkovic (ex-Lyon) a franchi les obstacles (Girone puis Salamanque) pour se hisser jusqu'en finale.

Après avoir largement dominé les débats à domicile lors du match aller (90-68), Galatasaray n'avait plus qu'à défendre ce matelas sur le terrain de Venise. Jamais inquiétées, les partenaires de Gintare Petronyte (19pts, 13rbds, 4 passes) ont pu savourer leur sacre sereinement malgré une courte défaite (72-65). Contrairement à la saison régulière d'Euroligue (9.6pts et 7.0rbds en moyenne), Olivia Epoupa a été discrète (4pts, 4rbds en 30' de jeu) lors de la finale retour.

Un nouveau défi attend maintenant la meneuse de poche de l'Équipe de France en playoffs du championnat turc. Galatasaray affrontera Yakin Dogu, qui joue le Final Four de l'Euroligue à partir de vendredi. Elle y croisera Sandrine Gruda, sa coéquipière chez les Bleues.

19/04/2018 - Arnaud Dunikowski
 


Cette commission dont la mission est de préparer les Jeux en s’assurant notamment de la qualité des installations mises en place. La Commission est présidée par le Biathlète, Martin Fourcade et est composée de sportifs olympiques et paralympiques. L'arrière tricolore, Marine Johannes a été choisie pour représenter le basket.

12/04/2018 - Sylvain Bourdois Chupin
 


Libre depuis la fin de saison dernière, Valérie Garnier devient donc le nouvel entraîneur du club de Fenerbahçe, en remplacement de Firat Okul. Fenerbahçe fait partie des tous meilleurs clubs d’Europe : présent six fois de rang au Final Four de l’Euroligue entre 2012 et 2017, 12 fois champion de Turquie et 11 fois vainqueur de la Coupe de Turquie.

Retrouvez une interview exclusive de Valérie Garnier, qui livre ses impressions quelques instants avant de décoller pour la Turquie

Valérie Garnier, née le 9 janvier 1965 à Cholet
Parcours d’entraîneur en club
1995-2002 : Carqueiranne
2002-2005 : Lattes-Montpellier
2005-2008 : Le-Temple-sur-Lot (NF1)
2008-2011 : Toulouse (NF1 puis LFB)
2011-2017 : Bourges (LFB)
2018-… : Fenerbahçe (Turquie)

Palmarès d’entraîneur en club
Coupe de France 2017 et 2014, Eurocoupe 2016, Championne de France LFB en 2015, 2013 et 2012, Match des Champions LFB en 2015 et 2014

Parcours d’entraîneur en Équipe de France
2004-2006 : Assistante Équipe de France féminine
2012-2013 : Assistante Équipe de France féminine
2014-… : Équipe de France féminine

Palmarès d’entraîneur en Équipe de France
Argent à l’Euro 2017 et 2015, Argent à l’Euro 2013 et aux JO 2012 (Assistante)

Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de BasketBall : « Je suis très heureux pour Valérie Garnier. Elle rejoint un club historique, prestigieux, à la hauteur de ses compétences et de son professionnalisme. Quand elle m’a appelé pour échanger sur le sujet, j’ai immédiatement donné mon accord de principe pour qu’elle rejoigne ce projet ambitieux compatible avec notre projet autour de l’Équipe de France féminine. Elle va découvrir de nouvelles structures, un nouveau championnat, et je suis convaincu qu’elle réussira dans ce nouveau challenge qui pourra également être un plus pour l’Équipe de France féminine, dont elle reste bien entendu l’entraîneur ».

Jacques Commères, Directeur de la Performance et des Équipes de France : « Tout d’abord, je tiens à souhaiter à Valérie Garnier la plus grande réussite avec son nouveau club. C’est une grande fierté pour le basket français de voir que des entraîneurs tricolores peuvent exporter leur talent au sein des plus grands clubs d’Europe. Nos joueuses et joueurs français font partie des meilleures équipes européennes, et le fait que des techniciens soient également engagés dans ces clubs démontre toute la qualité de notre formation de cadres ».

 

28/03/2018 - Kévin Bosi (FFBB)
 


Vous rejoignez donc le club de Fenerbahçe en Turquie. Comment votre signature dans ce club s’est-elle déroulée ?
J’ai reçu un coup de téléphone de mon agent samedi, tard dans la soirée. La question était de savoir si j’étais intéressée de partir là-bas pour le mois et demi de championnat qu’il restait. J’ai répondu que je l’étais, à la seule condition de pouvoir continuer le travail la saison prochaine. Les négociations ont commencé. J’en ai ensuite discuté avec Jean-Pierre Siutat, pour savoir si cela était possible vis-à-vis de la Fédération, étant donné que l’Équipe de France reste ma priorité. Il m’a donné son accord, et nous avons conclu le contrat avec Fenerbahçe mercredi soir.

Avez-vous hésité à rejoindre un club de cette envergure ?
On ne réfléchit pas très longtemps lorsqu’un grand club comme Fenerbahçe vous sollicite. Ce qui était important pour moi, c’était de poursuivre la saison prochaine également, et à partir du moment où ils se sont montrés d’accord, on ne réfléchit pas. Fenerbahçe est l’une des plus grosses écuries européennes, un club qui est très souvent au rendez-vous. Je suis très contente de cette opportunité qui est rare pour un entraîneur français, je l’apprécie vraiment à sa juste valeur.

Le fait d’aller entraîner une équipe à l’étranger faisait-il partie de vos projets ?
Oui, c’était quelque chose qui me trottait dans la tête depuis quelques temps. C’est une nouvelle expérience. J’ai eu la chance de vivre six saisons au Bourges Basket, ça a été quelque chose de très fort dans ma carrière. J’ai aussi la chance d’être à la tête de l’Équipe de France. Et aujourd’hui, je trouvais que partir à l’étranger était intéressant pour notamment sortir de ma zone de confort et travailler au contact de joueuses étrangères, d’être immergée dans une autre approche de notre sport et dans une autre culture également. J’ai aussi la chance que cela se fasse à Fenerbahçe, un club omnisports qui a aussi une équipe masculine de basket de très haut-niveau qui joue l’Euroligue, coachée par l’immense Zeljko Obradovic au palmarès immense.

Vous rejoignez également un club avec des supporters très présents et très exigeants…
On connaît tous la ferveur du peuple turc et des supporters de Fenerbahçe notamment. J’espère qu’ils me réserveront le meilleur accueil possible. C’est un public très exigeant, qui veut des résultats. Il y aura forcément beaucoup d’émotion lors du premier match. J’ai hâte d’y être.

Comment Jean-Pierre Siutat (Président de la Fédération Française de BasketBall) a accueilli cette nouvelle lorsque vous avez échangé avec lui ?
Il a été très favorable bien évidemment. Il m’a dit que c’était une opportunité incroyable pour moi d’aller entraîner une équipe à l’étranger. Je le remercie, ainsi que la Fédération, de me faire confiance et de me permettre de rejoindre Fenerbahçe. Ma priorité dans les négociations avec mon nouveau club a été d’avoir un contrat qui me libère lors des rassemblements en Équipe de France (ndlr, pour la Coupe du Monde 2018 fin septembre en Espagne et pour les matches de qualification à l’Euro 2019 en novembre 2018).

28/03/2018 - Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
 


Après son revers "surprise" concédé samedi en Slovénie, l'Equipe de France devait impérativement se racheter ce soir à Brest face à la Finlande, qu'elle avait battue 103 à 44 lors du match aller. Une mission largement à la portée des Françaises malgré un début de match un peu poussif. Heureusement, Sandrine Gruda a pris les choses en main en inscrivant 11 points en 7 minutes et a ainsi montré la voie à ses partenaires. La Finlande a bien tenté de limiter l'action de l'intérieure tricolore mais rien n'y a fait (22-8, 10').

Malgré quelques cafouillages, les joueuses de Valérie Garnier ont profité de la maladresse adverse pour placer quelques contre-attaques bien senties. Marine Johannes et Diandra Tchatchouang en ont profité pour aggraver le score en marquant derrière l'arc, l'écart a alors franchi la barre des 20 unités (38-18, 16'). Pour leur première sélection, Alix Duchet puis la locale de l'étape, Marieme Badiane, ovationnée, ont fait leur entrée en jeu. Parfaitement servie par Sarah Michel, la meneuse du Cavigal Nice a même signé un joli lay-up en contre-attaque juste avant de rejoindre les vestiaires (44-23). 

Ensuite, on est reparti pied au plancher et tout le monde s'y est mis : Johannes de loin, Ayayi en contre-attaque, Ciak dans la raquette et Epoupa en transition. Les Finlandaises sont restées muettes pendant plus de 6 minutes et ont encaissé un terrible 22 à 0 (62-26, 26'). Si l'euphorie tricolore s'est ensuite calmée un peu, les Françaises ont complètement maitrisé leur sujet et la Finlande semblait bien impuissante.

Avec 30 points d'avance, la démonstration s'est poursuivie pour le plus grand plaisir des 4 902 spectateurs de la Brest Arena. L'écart n'a cessé d'augmenter, la fin de rencontre a été une formalité et Sandrine Gruda (27 points, 12/16 aux tirs, 4 passes et 4 rebonds) a été désignée MVP Pierre Lannier. Suite à cette large victoire, la France s'est rassurée. A l'issue de cette fenêtre de février, les Bleues sont deuxièmes de leur poule derrière la Slovénie, les deux derniers matches se joueront en novembre 2018 en Roumanie et en France face à la Slovénie.

Mais pas besoin d'attendre novembre pour revoir les Bleues de Valérie Garnier qui se retrouveront l'été prochain pour préparer la Coupe du Monde qui aura lieu en septembre 2018 en Espagne.

France bat Finlande : 90-40

14/02/2018 - Sylvain Bourdois Chupin
 


Les sujets de conversation ne tournent pas seulement autour de la Saint-Valentin en ce 14 février dans les rues de Brest, ni uniquement de la rencontre Real Madrid-PSG. En Bretagne, l'évènement ce mercredi, c'est bien la rencontre de l'Equipe de France féminine contre la Finlande à la Brest Arena (20h30 ce soir, en direct sur SFR Sport 2), comptant pour les qualifications à l'Euro 2019. Et pour cause, la Brest Arena et ses 5000 places seront remplies ce mercredi soir, pour le premier match des Bleues dans leur histoire à Brest. Les vice-championnes d'Europe en titre, arrivées dimanche dans la soirée, ont travaillé pendant trois jours afin de préparer ce match contre la jeune équipe finlandaise, qui pour l'instant n'a pas encore gagné la moindre rencontre après trois journées.

Les Tricolores, qui ont participé hier mardi à un entraînement ouvert au public devant près de 1000 spectateurs et à une séance de dédicaces avec les fans, voudront retrouver le chemin de la victoire. En effet, les Bleues ont chuté dans le traquenard slovène tendu par Oblak et consorts samedi dernier (68-62), laissant à la Slovénie la première place de la poule. En face, la Finlande n'a pas encore gagné la moindre partie, et reste sur un large revers à domicile contre la Roumanie (59-80). Equipe très jeune (23 ans en moyenne) avec plusieurs joueuses de 20 ans et moins, la Finlande avait totalement été écrasée à Helsinki au match aller (44-103) et espère fait un peu plus de résistance ce mercredi à Brest.

France-Finlande, 20h30 en direct sur SFR Sport 2

14/02/2018 - À Brest, Kévin Bosi (FFBB)
 


L'ensemble des joueuses et du staff tricolore a reçu une superbe montre Pierre Lannier. Un cadeau spécial et exclusif pour les Bleues, puisque cette montre ne sortira mondialement que le 20 mars prochain. Après un moment d'échange, Pierre Burgun a déjeuné avec les Tricolores en compagnie de Jean-Pierre Siutat, président de la Fédération Française de BasketBall. Endy Miyem, la capitaine des Bleues, lui a ensuite remis un maillot dédicacé par l'ensemble de l'équipe.

Plus d'infos sur Pierre Lannier : cliquer ici

 

14/02/2018 - À Brest, Kévin Bosi (FFBB)
 


Ainsi, Marième Badiane et Alix Duchet vont honorer leur première sélection en Equipe de France. Les deux joueuses qui ne participeront pas à la rencontre (Lisa Berkani et Adja Konteh) restent dans le Groupe France et seront présentes en civil demain mercredi soir à Brest.

 
Prénom Nom Naissance Taille Poste Sélections Points Club 2017/2018
Valériane AYAYI 29/04/1994 1.85 Ailière 67 346 Tango Bourges Basket
Marième BADIANE 24/11/1994 1.90 Intérieure - - Lyon ASVEL Féminin
Romane BERNIES 27/06/1993 1.70 Meneuse 4 13 Lattes Montpellier BA
Alexia CHARTEREAU 05/09/1998 1.91 Intérieure 14 74 Tango Bourges Basket
Helena CIAK 15/12/1989 1.97 Intérieure 74 396 Koursk (Russie)
Alix DUCHET 30/12/1997 1.63 Meneuse - - Cavigal Nice Basket 06
Olivia EPOUPA 30/04/1994 1.65 Meneuse 55 258 Galatasaray (Turquie)
Sandrine GRUDA 25/06/1987 1.97 Intérieure 164 2117 Yakin Dogu (Turquie)
Marine JOHANNES 21/01/1995 1.77 Arrière 40 277 Tango Bourges Basket
Sarah MICHEL 10/01/1989 1.80 Ailière 59 255 Tango Bourges Basket
Endy MIYEM 15/05/1988 1.88 Intérieure 177 1550 Schio (Italie)
Diandra TCHATCHOUANG 14/06/1991 1.86 Ailière 66 395 Tango Bourges Basket
 
 
Il reste quelques dizaines de places à la vente pour la rencontre. Cliquer ici pour acheter les toutes dernières places pour France-Finlande.
 
13/02/2018 - À Brest, Kévin Bosi (FFBB)

Pages

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket

NOS PARTENAIRES

Partenaires