USO Mondeville
 


Pour son premier match en LFB, le promu Roche Vendée se mesurait à Mondeville, un club rompu aux joutes de la LFB depuis 20 saisons. Si le visage des Normandes a beaucoup changé cette saison, Romain l’Hermitte peut s’appuyer sur ses deux recrues Hejdova (18 points, 5 interceptions) et Talbot pour dicter le tempo offensif. Auteures des 17 points de leur équipe dans le premier quart-temps (17-13), les deux joueuses se jouent de l’équipe Vendéenne, dont l’absence de Bernadette Ngoyisa se fait cruellement sentir.

Sans solution dans la peinture et sans adresse, Kristen Mann (0 point, 0/8 aux tirs) et Milica Ivanovic (0/6 aux tirs) ne parviennent pas à relancer la machine. L’écart se creuse en faveur de Mondeville conduit d’une main de maitre par Lisa Berkani et dans le sillage d’une Stéphanie Talbot irrésistible (30 points et 5 rebonds). A la mi-temps, USOM compte déjà 16 points d’avance (19-35, 20').

Au retour des vestiaires, les choses ne s’arrangent pas pour Roche Vendée avec une faute antisportive sifflée à Tamara Radocaj (7 points et 5 rebonds). Mondeville poursuit sa marche en avant mais ne parvient pas à prendre le large malgré toute l’activité de Lisa Berkani (13 points; 6 passes et 5 rebonds) et ses partenaires. Mann et Ivanovic règlent enfin la mire pour le camp vendéen mais l’écart reste conséquent (44-59, 30’).

Deux percées de Johanna Tayeau (16 points, 5 rebonds) et Kristen Mann (15 points et 3 rebonds) bien trouvée dans la raquette, relancent le match (55-61, 35’). Les débats sont animés, l'adresse et l'expérience de Kim Gaucher (5 points, 16 rebonds, 4 passes) finissent d'anéantir les derniers espoirs du promu, parti trop tard pour espérer l'emporter.

Mondeville bat Roche Vendée : 62-72

Déclarations d'après-match
Emmanuel Body (Roche Vendée) : "L'Open LFB est un événement particulier, et on l'a pris de plein fouet en première mi-temps. On a réussi à réagir en seconde mi-temps mais trop tard, et même quand on revient à 5 points, on n'a pas réussi à repasser devant car on avait lâché trop d'énergie avant."

Lisa Berkani (Mondeville) : "C'est la première fois qu'on joue au complet et la première fois avec cette équipe que l'on gagne. On avait toutes hâte de commencer."

Romain Lhermitte (Mondeville) : "Notre préparation a été très difficile. J'espère que les péripéties qu'on a vécues vont nous aider à surmonter cette saison et à franchir les étapes. Talbot fait un gros match, elle va vite, elle tire. Il y a d'autres joueuses comme elle en LFB et ça ne sera pas aussi simple pour elle chaque week-end. Le passage en zone nous a mis en difficulté, mais on ne l'avait pas travaillé encore."
 

Suivez toute l'actualité et les coulisses de l'Open sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat...)

30/09/2017 - Sylvain Bourdois Chupin
 


Jamais Daniel Dufour n'aurait imaginé que son bail à la tête de l'USO Mondeville durerait si longtemps lorsqu'il a pris les rennes du club normand en 1989. Le club n'évolue alors qu'au niveau régional et ne va cesser de s'affirmer et de gravir les échelons sous son impulsion.

En 1990/91, les filles accèdent à la Nationale 4. Les 4 saisons suivantes vont être très fructueuses puisque ponctuées par 3 montées successives.

La première saison de l'USOM aux portes de l'élite se ponctue par une belle 3e place mais surtout un premier titre majeur pour le club : en battant Limoges en finale, les Mondevillaises ramènent la Coupe de France en terre normande.

Les débuts en Nationale Féminine 1A lors de la saison 1996/97 sont difficiles avec un bilan de 23 défaites pour seulement 5 victoires. Le Président Dufour fait alors venir à Mondeville Igor Groudine, un entraîneur russe, qui marquera l'histoire du club.

L'ascension du club se poursuit, et parvient à se faire un nom au-delà de nos frontières d'abord en participant à la Coupe Ronchetti (ex-EuroCoupe), puis à l'Euroligue. En nommant en 2002 Hervé Coudray à la tête de l'équipe, Daniel Dufour permet au club de franchir une nouvelle étape et de s'imposer parmi les ténors du championnat que sont alors Bourges et Valenciennes.

Le club normand est désormais reconnu comme l'un des bastions du basket féminin, Daniel Dufour ne s'est pas contenté de faire briller l'équipe première mais a également fait du centre de formation une référence nationale.

18/10/2014

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket

NOS PARTENAIRES

Partenaires