Un retour gagnant
Après sa grave blessure, Clicli a retrouvé ses sensations - Allée-Bellenger/LFB
 

Ligue Féminine - Magazine

Privée de compétition pendant des mois en raison d'une rupture des ligaments croisés, Clarisse Costaz (1,70 m, 22 ans) a effacé ce mauvais souvenir et laissé place à un avenir prometteur. Auteur d'une belle saison dans le Nord, la meneuse de jeu amandinoise vient de signer à Mondeville pour 2008-2009.

Habituée des équipes de France jeunes, Clarisse Costaz a logiquement intégré la ligue féminine en 2004 après ses années de formation au Centre Fédéral. Un premier arrêt au COB Calais lui a permis de prendre ses marques et d'appréhender le monde professionnel, avant d'accepter la proposition de Saint Amand deux saisons plus tard. Ils m'offraient la possibilité de m'exprimer, de jouer et de voir autre chose. C'était un club très jeune qui voulait évoluer et qui me donnait l'opportunité d'évoluer dans le même temps. Mais pendant l'été 2006, la nouvelle recrue de l'USAPH Basket se blesse. En compétition avec l'Equipe de France espoirs en Hongrie, elle ne jouera que deux matches et suivra le reste du tournoi de loin. La frustration est énorme et le moment mal choisi : Ça arrive à une époque où je me sentais vraiment bien. Je sortais d'une saison positive avec Calais et un nouveau défi m'attendait avec Saint-Amand, alors la déception a été d'autant plus grande.

Tout s'enchaîne très vite par la suite : une opération au mois d'août et des mois de rééducation qui s'accumulent. Clarisse Costaz ne retrouvera les séances d'entraînements que sept mois plus tard et s'exprimera seulement sur quelques matches en fin de championnat. Après une saison quasi blanche, la jeune iséroise n'avait qu'une envie : retrouver son jeu et pouvoir s'exprimer le plus rapidement possible. Le Mondial espoirs 2007 en Russie arrive alors à point : Après des mois sans compétition, je ressentais une excitation toute particulière. Je n'avais rien à perdre, j'avais simplement envie de tout donner. Ca m'a vraiment permis de replonger tête la première.

En retrouvant le maillot de Saint-Amand cette saison, Clarisse Costaz avait à cetoelig;ur de repartir sur de bons rails. Pourtant, le pari n'était pas gagné d'avance. Avec une équipe complètement renouvelée, les joueuses ont du apprendre à se connaître rapidement. C'est difficile quand le groupe change du tout au tout. Il a fallu tout reconstruire et en tant que meneuse j'avais un rôle important dans ce collectif à organiser. Si le début de saison n'a pas été évident, Saint-Amand a su trouver ses marques peu à peu pour accrocher la 6e place du classement (ex-aequo avec Villeneuve d'Ascq et Clermont-Ferrand) au soir de la 18e journée.

Individuellement, Clarisse Costaz a démontré que sa blessure est désormais un lointain souvenir. Avec 7,9 points de moyenne par match en 25 minutes, elle amorce petit à petit sa remontée au meilleur de son niveau. Mais pas question de brûler les étapes. Si vous lui demandez comment elle voit la suite de sa carrière, elle vous parlera des 8 matches restant à jouer cette saisonethellip;. La tête sur les épaules, elle ne cache pas pour autant son envie de connaître le plus haut niveau européen mais ne souhaite pas aller plus vite que le musique. Visiblement libre de toute pression, elle goûtera rapidement à une coupe d'Europe, avec Mondeville l'année prochaine.

Par Sophie Paret-Roux
Article paru dans BasketBall Magazine n°735 du mois d'Avril 2008.

La fiche de Clarisse Costaz...

27/04/2008

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket

NOS PARTENAIRES

Partenaires