Duvi vit le basket
Emilie Duvivier (Challes-les-Eaux) alias Duvi chez les Bleues - Bellenger/IS/LFB
 

Ligue Féminine - Magazine

Actuellement 3ème de LFB grâce à une série de 6 victoires consécutives avec Challes, Emilie Duvivier (1,68 m, 24 ans) fait partie des 19 joueuses convoquées en équipe de France par Pierre Vincent. La jeune meneuse fait l'objet de notre focus hebdomadaire.

SON ENFANCE

As tu toujours voulu être basketteuse professionnelle ?
J'ai toujours baigné dans l'univers du basket car je suivais mes parents qui pratiquaient. Petite, j'ai testé plusieurs sports. J'ai commencé le basket à 6 ans. Au début c'était juste un amusement. C'est ensuite devenu une passion et je me suis dit que je pouvais devenir professionnelle.

Quels étaient tes passes temps favoris ?
Le basket ! Dès que j'avais du temps libre, j'allais dans la cour pour y jouer.

Quel était ton jour préféré ?
Le samedi car on avait match... de basket.

La personne qui t'a le plus influencée ?
Pas une personne en particulier. J'admirais les joueuses professionnelles en général.

Un moment qui t'a particulièrement marqué ?
Les championnats d'Europe junior en 2002. C'était magique ! C'était mon premier titre (Ndlr : l'équipe de France termina seconde de la compétition). Il y a aussi le titre de champion de France avec la sélection régionale quand j'étais en benjamine, un grand souvenir.

Bonne élève ?
Oui. Jusqu'en première j'ai toujours été dans les premiers de la classe. Mes parents étaient sérieux à ce niveau là, j'étais bien suivie. Puis, à partir de mon entrée à l'Insep ça a bien chuté.

Ta pire bêtise ?
J'étais plutôt calme mais je frappais ma soeur qui était pourtant plus grande.

Tes activités favorites hors basket ?
Le cinéma. J'aime bien aller courir. J'apprécie aussi beaucoup la montagne en été.

Ton péché mignon ?
Le chocolat. J'en consomme à grosses doses. J'essaye d'éviter d'en acheter car sinon je ne m'arrête pas !

Plutôt concert rock, hip-hop ou variété ?
Variété et Pop rock.

Le film sur lequel tu as le plus délirée ?
Bienvenue chez les cht'is. En plus, je viens de là bas.

Le film qui t'a fait le plus pleurer ?
Le cercle des poètes disparus.

Ta soirée idéale ?
Un resto, un ciné puis une petite coupe de champagne.

Match d'Euroligue ou de WNBA ?
Euroligue. Pour moi, c'est plus du basket. Il y a plus de défense et c'est plus cohérent. La WNBA c'est plus du spectacle.

LE BASKET

Dans le vestiaire, calme ou énergique ?
Calme.

Ton pire souvenir Basket ?
Ma blessure au genou en junior. Je m'étais pétée les croisés. J'ai même joué avec durant deux matchs en sélection, après ça a complètement lâché.

Ton meilleur souvenir Basket ?
La fin de saison dernière quand nous avions battu tous les gros du championnat. Egalement ma sélection dans les 12 en équipe de France.

Te vois-tu changer de club dans le futur ?
Pas pour l'instant. Je viens de signer pour deux ans de plus. Si je dois partir, ce sera pour l'étranger.

Tes objectifs individuels et collectifs cette saison ?
Individuellement, c'est d'être sélectionnée dans les 12. Au niveau de l'équipe, nous sommes troisième actuellement, nous devons garder cette place pour finir dans le top 4 pour participer à l'Euroligue.

Comment appréhendes-tu le stage de janvier avec l'équipe de France ?
Bien, je ne me prends pas la tête. Je connais la majorité des joueuses, des nouvelles vont faire leurs apparitions. Le coach veut voir le niveau de chacune. Je vais devoir me battre car aucune place n'est acquise. Je suis contente d'y retourner.

SA VIE

Ta qualité la plus appréciée par ton entourage ?
Ma gentillesse.

Ton plus gros défaut ?
Ma gentillesse. Comme on dit parfois, trop bon trop c..

Le surnom le plus ridicule que l'on t'ai donné?
Duvi. C'est apparu cet été avec l'équipe de France.

Si tu devais te définir avec trois adjectifs.
Bosseuse, compliquée et un peu sauvage.

Fais tu encore des études ? Comment gères tu avec le basket ?
Je suis en BTS diététique par le biais du Cned. Au niveau des cours, ça va. Le problème est qu'il est difficile de réaliser les stages car je n'ai pas assez de temps pour ça.

AVEC DES SI...

Tu es la joueuse de ton choix.
Diana Taurasi, la joueuse du Spartak Moscou.

Tu es coach de l'équipe de France, quel cinq majeur ?
Alors, disons Dumerc, Hermouet et Gomis à l'extérieur. A l'intérieur, je mettrai Gruda et Miyem.

Tu es un personnage cinématographique ou d'une série TV.
Horacio Kaine, des experts à Miami.

Tu dois quitter la France pour te la couler douce.
J'irai en Australie, je n'y suis jamais allée mais ça me plairait beaucoup.

Il reste 3 secondes à jouer et vous êtes menées de 2 points, tu tentes quoi ?
Je cherche la prolongation. Lors du match contre Montpellier, nous aurions pu tenter la gagne mais nous avons cherché la prolongation et nous avons gagné. Ca laisse du temps pour l'emporter en prolongation et c'est plus sûr qu'un tir à trois points.

Voir sa fiche individuelle...

Propos recueillis par Adrien Dubois

16/12/2008

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket