"Maintenir ce niveau d'intensité"
 

Equipe de France Féminine

Ce soir et demain, les Bleues vont enchainer les deux derniers matches du TQO à Bourges. Face au Brésil à 20h35 (en direct sur W9 et Canal+ Sport), les Bleues devront conserver le niveau d’intensité observé face à l’Australie. Valérie Garnier livre ses impressions avant le sprint final vers Tokyo.

Qu’est-ce que vous allez dire à votre équipe avant ce match face au Brésil, un adversaire à priori moins fort ?
Comme je vous l’avais dit avant, il faut aborder les matches un par un. Mes mots après la victoire face à l’Australie étaient qu’elles apprécient la copie rendue car elle était vraiment très belle. Et après je leur ai dit qu’elles ne devaient pas se relâcher car il faut qu’on reste concentrées, on sait que ce TQO, c’est trois matches dont deux consécutifs. Et effectivement pour le moment, on a juste un pied à Tokyo.

Est-ce que le niveau d’intensité observé face à l’Australie va pouvoir être conservé sur les deux autres rencontres de ce TQO ?
C’est ce qu’on va essayer de faire. L’inconnu vient du moment dans la saison où se déroule le TQO qui est après six mois de saison régulière en club. Il faut gérer les organismes de chacune, enchainer le Brésil et Porto Rico en moins de 24 heures. Pour les joueuses et le staff, le désir va être de maintenir ce niveau d’intensité.

Dans le prolongement de l’EuroBasket 2019, est-ce qu’il y a vraiment une unité autour d’un projet collectif au sein de cette équipe de France ?
C’est une équipe qui grandi mais il ne faut pas oublier qu’à l’EuroBasket, on était l’équipe la plus jeune encore. L’équipe grandit, elle va prendre de la maturité. Les plus jeunes cadres prennent de l’ampleur et les plus jeunes vont apprendre. L’adhésion au projet d’intensité défensive a été une sorte de déclic en novembre. Nos principes n’ont pas changé mais la façon de les faire a changé.

Que redoutez-vous chez l’équipe du Brésil ?
Les Brésiliennes ont toujours de l’adresse. Même si j’ai trouvé hier qu’il y avait moins d’énergie que par le passé, notamment quand je regardais ça depuis le banc. L’absence de Clarissa Dos Santos, présente dans les tribunes, est dommageable pour elles. Mais ça reste une nation, une équipe qui ne va rien lâcher, se battre pendant 40 minutes. Ça va être obligatoirement un match pour lequel on va devoir être prêtes, le Brésil ne va pas venir pour se faire punir.

08/02/2020 - A Bourges, Justin Burgevin

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket