"Je savais depuis la veille qu’on allait gagner"
 

ÉQUIPES DE FRANCE JEUNES

En 2016, pour la deuxième fois les U18 féminines sont championnes d’Europe de la catégorie en venant enfin à bout de leur ennemi intime, l’Espagne.

La dernière marche est parfois trop haute. Six finales. Cinq défaites pour l’Equipe de France U18. Dont trois revers contre l’Espagne. Si les générations changent chaque année, un petit blocage mental n’est pas pour autant à écarter. "La superstition joue quand tu arrives en finale. Alors quand tu rejoues l’Espagne, on se dit : putain, mais ça va s’arrêter !" Pour Arnaud Guppillotte, qui avait vécu trois de ces déceptions, la série noire a pris à l’été 2016, à Sopron, en Hongrie au cours d’un Euro où la seule frayeur aura eu lieu lors d’un huitième de finale arraché 53-51 face à la Lituanie.

Les Bleuettes avaient pourtant survolé leur phase de poule, atomisant notamment la Croatie (+51) et la Slovénie (+42). La Lituanie, de son côté, n’a gagné aucun match. Et pointe un temps à -13, victime expiatoire face aux favorites. "Leur meilleure joueuse se pète la cheville en plus", se souvient Arnaud Guppillotte. "Ils font rentrer une petite qui ne ressemble à rien avec un bandeau dans les cheveux. Je dis à mon assistant, c’est qui elle ? Je ne sais même pas, elle a joué 2 minutes en 3 matches. En l’espace de trois minutes elle avait mis 11 points !" Les Baltes grignotent petit à petit leur retard et vont finalement mourir à deux longueurs, stoppées par une Alexia Chartereau décisives (16 pts, 10 rbds).

La sueur froide est passée. La France reprend sa marche en avant, écarte l’Italie et la Lettonie et attend le résultat d’Espagne-Russie pour connaître l’identité de son adversaire. Le 31 juillet, lorsque la finale débute, Arnaud Guppillotte pénètre dans la salle avec la certitude qu’une médaille d’or l’attend. "Je savais depuis la veille qu’on allait gagner. Et facilement en plus." Une fanfaronnade qui n’en est en fait pas une. "Après notre victoire en demi-finale nous sommes restés regarder Espagne-Russie. L’Espagne gagne. J’avais expliqué que la bascule mentale se faisait dans les 30 minutes après un match. Et plus tu joues tard, plus tu as le risque de ne pas basculer. Pendant 15 minutes nos filles avaient fêté ça, vu leurs parents. Et là Alexia Chartereau est arrivée pour renvoyer tout le monde aux vestiaires puis à l’hôtel. Quand les Espagnoles gagnent j’ai mis mon chrono et j’ai dit à mes assistants, si ça dépasse 20 minutes, demain soir on leur met une branlée. 20, 30, 40, 45 minutes. Et le lendemain on gagne de 30."

Le choc final n’en est effectivement pas un. Les Espagnoles sont étouffées, ne parviennent qu’à inscrire 19 points en première mi-temps et explosent totalement dans le dernier quart-temps (-19). Tima Pouye flirte avec un triple-double (12 points, 8 rebonds, 7 passes) mais c’est une nouvelle fois Chartereau qui montre la voie : 19 points et 12 rebonds. La jeune femme, qui vient de disputer l’Euro U20 quelques jours plus tôt, ne le sait pas encore mais elle a disputé pour l’occasion son dernier match chez les jeunes. Au mois de mai 2017, alors qu’elle n’a encore que 18 ans, elle est appelée pour la première fois chez les A.

03/07/2020 - Julien Guérineau

Clubs

Suivez la LFB :
Gardez le contact
Inscrivez-vous a la newsletter
Basket Féminin  Tout le basket